Pin It

colporteurs iranCSDHI - Le directeur exécutif pour l'organisation des emplois à Téhéran a déclaré qu'ils utiliseraient la force contre les colporteurs de Téhéran, a rapporté l'agence de presse officielle, ILNA, le 30 décembre 2018.

Hamid Reza Tahsili a déclaré croire que certains des marchands ambulants de rue à Téhéran étaient des mafieux et devaient être interviewés avec l’agence de presse officielle ILNA.

« Je pense que certains des marchands ambulants sont des mafieux qui ne devraient pas exister. Certains d'entre eux ont été embauchés par certaines personnes et ont pris le contrôle de nos rues et, malheureusement, ils ont loué toutes les rues. Nous allons certainement nous occuper avec force de ces personnes car nous les avons identifiées », a-t-il déclaré à ILNA.

Le responsable de Téhéran a déclaré que les autres marchands ambulants qui n'étaient pas des « mafieux » devaient se rendre à des endroits précis à Téhéran, où ils devaient notamment payer les stands, les tables et les tentes.

Alors que les vendeurs ambulants gagnent à peine pour survivre, et encore moins payer un stand.

Des colporteurs désespérés accusés d'être membres de la mafia

Alors que la plupart des vendeurs iraniens ont eu recours à ce travail en dernier recours, Tahsili a mis en cause ce qu'il a appelé des "mafias" lorsqu'il a été interrogé sur des incidents récents dans lesquels des colporteurs se sont immolés.

« Un marchand ambulant qui est vraiment dans le besoin ne s'immole pas. Les membres de la mafia s'immolent définitivement de manière coordonnée afin de forcer la municipalité à faire marche arrière », a-t-il déclaré.

« Ceux qui créent cette atmosphère ou s'auto-immolent, sont des membres de la mafia qui veulent que nous reculions et nous ne serons jamais d’accord avec eux », a-t-il ajouté.

De toute évidence, Tahsili ignore le fait que de nombreux Iraniens pauvres se tournent vers le colportage en dernière option pour joindre les deux bouts, alors que leurs conditions économiques se détériorent.

Qui sont les marchands ambulants ?

Les marchands ambulants sont le secteur le plus défavorisé de la société, même si, selon un rapport, plus de 30 % des marchands ambulants de Téhéran ont un diplôme universitaire et sont au chômage.

L’Association des sociologues iraniens a mené une enquête à ce sujet, mettant en lumière les conditions de vie atroces de ces vendeurs de rue.

« 76% des vendeurs de rue ont des enfants à nourrir ; 90 % n'ont pas d'autres emplois ; 98 % d'entre eux n'ont pas d'autre source de revenu ; 31 % ne reçoivent même pas de subventions mensuelles ; 43 % ont eu recours à la vente ambulante en raison du chômage et de la faillite ; 36 % étaient auparavant des professionnels et 21 % étaient des travailleurs ordinaires. Seulement 33,5 % d’entre eux exercent le commerce de rue comme premier métier. 78 % d’entre eux vendent dans la rue car ils n’ont pas pu trouver un autre emploi », explique l’étude.

Faire la guerre aux vendeurs de rue

Les autorités s'efforcent depuis des années d'éliminer le commerce ambulant sans trouver de solutions durables pour résoudre le problème.

Pendant de temps, les médias d'Etat ont reconnu que les autorités ne prenaient aucune mesure contre les auteurs de vols et de corruption qui ne cessent de croître au sein du régime.

« On voit des autorités prendre des mesures contre diverses personnes, y compris des vendeurs de rue, qui ont recours à de nombreuses mesures pour joindre les deux bouts. Pendant ce temps, les responsables lancent un établissement composé de 500 agences avec de grands panneaux publicitaires dans toute la ville et personne ne dit un mot… Combien de petites poches doivent être éliminées pour que quelques poches se remplissent davantage ? », a écrit l'agence de presse Tasnim, affiliée à la Force Qods.

Quelques milliards de dollars des actifs du pays sont escroqués par quelques-uns, l’Iranien moyen lutte pour ses besoins essentiels. Les médias officiels rapportent que plus de 90 % de la population est touchée par la pauvreté. Face à la flambée des prix et à l’inflation, les loyers élevés et les factures de services publics absorbent l’intégralité de leur salaire, les endettant davantage.

Tasnim a écrit : « Les agents collectent les biens des colporteurs à moins qu’ils ne reçoivent leurs pots-de-vin… Selon les vendeurs, les agents de la municipalité exigent chacun 100 000 rials pour les laisser partir. Compte tenu du nombre incalculable de colporteurs à Téhéran, la municipalité perçoit des recettes de plusieurs milliards d’euros. Par exemple, s'il y a 100 marchands ambulants sur la place Vali Asr, la municipalité empoche environ 300 millions de rials par mois (soit 6270 euros) ».

« Les vendeurs de rue sont continuellement confrontés à des restrictions et à des attaques des autorités. 88 % d’entre eux sont constamment aux prises avec la municipalité et 67 % d’entre eux ont eu leur marchandise saccagée au moins une fois. 18 % d'entre eux ont été contraints de payer des amendes. Si des marchandises sont confisquées, elles sont considérées comme volées, car il faut au moins trois ou quatre mois pour que les vendeurs ambulants puissent récupérer leurs marchandises. Les femmes, et en particulier les jeunes femmes, renoncent généralement à récupérer leurs biens en raison du fait que les autorités municipales recherchent des relations sexuelles en échange de la restitution de leurs biens », a ajouté Tasnim.

Source : Les Droits de l’homme en Iran