Pin It

emigration des iraniens grande bretagne iranThe Spectator - Beaucoup d’iraniens quittent l'Iran pour la même raison que ma famille l’a fait : pour chercher une vie meilleure.

Lorsque la crise des migrants a commencé, il y a environ trois ans, elle était considérée comme une affaire principalement syrienne. Pris dans les tirs croisés entre Bachar al-Assad et divers groupes djihadistes, des syriens ordinaires se dirigeaient vers l'Europe, faisant partie du plus grand mouvement populaire depuis la seconde guerre mondiale. Mais comme nous le savons maintenant, cette analyse était fausse. Ou plutôt, ce n’était qu’un aspect du phénomène migratoire historique qui se déroulait alors et qui existe encore aujourd’hui.

En tant que journaliste, je suis parti sur les traces des migrants, en suivant les nouveaux arrivants à pied, en bus, en train et en ferry à travers les îles grecques et les Balkans. J'ai entendu beaucoup de langues autres que l'arabe, parmi lesquelles le pachtou, l'ourdou, le bengali et même le français (parlé par une famille congolaise rencontrée à la frontière serbo-hongroise). Mais la langue qui m’a vraiment fait bondir était la mienne : le persan, y compris la variante dari de l’Afghanistan, ainsi que le dialecte urbain parlé par ma propre famille, la classe moyenne de Téhéran.

La Grande-Bretagne est maintenant confrontée à la réalité jusqu'ici invisible de la migration iranienne. Selon des informations récentes, des migrants tentaient quotidiennement de traverser la Manche par canot pneumatique et en général, à mi-chemin entre ces informations, vient s’ajouter le fait que les migrants disent qu’ils sont iraniens. À première vue, cela peut sembler étrange. L'Iran n'est pas affecté par une guerre, une famine ou un autre désastre humanitaire. Mais selon le groupe « L’Auberge des Migrants » à Calais, c’est ce qui distingue les Iraniens : ils semblent « être les seuls à oser » traverser la Manche « et trouver les moyens de le faire ».

Depuis trois ans, les Iraniens arrivent en tête du classement des nationalités qui demandent l’asile au Royaume-Uni, avec plus de 4 000 demandes déposées en 2016 et près de 2 600 l'année suivante, selon les statistiques du Home Office (Ministère de l’intérieur). Seule une infime minorité tente de pénétrer illégalement en Angleterre à bord de navires innommables, mais cela se produit beaucoup plus fréquemment. Pourquoi ?

L’Iran est misérable depuis que l’ayatollah Khomeiny est rentré de son exil parisien pour inaugurer son Etat chiite absolu. C’est un endroit suffocant, avec une conformité islamique appliquée sous peine de flagellation, de prison et de mort, et une économie lamentable et mal gérée aggravée par les sanctions américaines. Malgré toutes ses anciennes gloires de civilisation, l’Iran est aussi une terre cruelle, spirituellement déracinée. J’ai de plus en plus de mal à décider à qui en incombe la responsabilité : au régime actuel ou à une maladie plus grave dans l'âme nationale.

C’est pour cela que ma propre famille est partie. Certains, comme mon oncle, sont partis à l'étranger pour s'instruire (dans son cas, précisément dans l'Utah) peu de temps avant la révolution et ne sont jamais revenus. D’autres, comme ma mère et moi, avons rejoint la diaspora américaine après la révolution, grâce au programme de visa de préférence pour la famille, alias l’odieuse « migration en chaîne » de Donald Trump. Mais tout cela dure depuis quatre décennies. Cela n’explique pas la dernière vague, sa taille et son timing. La réponse est ailleurs.

A noter : Les réseaux modernes de passeurs clandestins ont perfectionné le transport de personnes d'un point A à un point B, au-delà des frontières nationales, au bon prix. Les technologies de l’information, notamment les smartphones bon marché dotés d’étonnantes capacités GPS, permettent de tracer de nouveaux sentiers. Chaque groupe de migrants laisse des miettes de pain numériques pour les générations suivantes. Il y a des astuces pour s'adapter, même lorsque les gouvernements ouvrent et ferment leurs frontières. Des groupes Facebook en persan sont consacrés à aider les « voyageurs » iraniens (et afghans) - le terme utilisé par les migrants pour se désigner eux-mêmes – qui se rendent en Europe.

J’ai eu un aperçu de ce monde quand j’ai rejoint un groupe de migrants afghans et iraniens, tous des hommes, dans le refuge d’un passeur dans un quartier ouvrier d’Istanbul. La maison infestée de cafards était un lieu de rassemblement, pour ainsi dire, où les migrants se reposaient brièvement, après avoir traversé les montagnes du nord-ouest de l’Iran pour se rendre en Turquie et qui se préparent pour la traversée en canot à travers la mer Égée pour la Grèce.

Le processus était remarquablement professionnel. À un moment donné, le passeur, un Afghan aux yeux bridés d’Asie centrale et à la coupe de cheveux de Bruce Lee, nous a convoqués dans son bureau de fortune et a tenté de revendre ses services au-delà de la simple balade en bateau vers les îles grecques. Si nous lui payions 8 000 dollars chacun, en plus des 2 000 dollars convenus pour la traversée de la mer Égée, ses hommes pourraient transporter le groupe d’Athènes jusqu’à Paris ou Berlin ou ailleurs en voiture, épargnant aux migrants le tracas de la randonnée à pied, en bus et train. Et maintenant, semble-t-il, le Royaume-Uni est ajouté à cette liste de destinations - du moins pour ceux qui ont de l'argent.

Les migrants avec lesquels je me suis entretenu ont débattu avec passion du lieu d'installation une fois arrivés en Europe continentale, presque comme une famille face à diverses destinations de vacances. En Finlande, il faisait « trop froid et ils n’accordent pas beaucoup d’aide sociale », a déclaré l’un des deux. En Suisse, la vie était trop chère. Et en choisissant l'Europe, les hommes avaient exclu d'autres destinations. Oz, par exemple, était hors de question : ils avaient entendu dire que les autorités australiennes détournaient les clandestins vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et que vous pourriez vous retrouver « obligés de partager une cellule chaude avec un homme noir ». Un consensus s'est formé autour de la Grande-Bretagne, principalement parce que la plupart d'entre eux parlaient au moins un peu anglais. Mais ils savaient aussi que la traversée de la Manche n’était pas chose facile. En réalité, la plupart d'entre eux se retrouveraient en Allemagne ou en Suède.

Contrairement aux Afghans, les Iraniens ne peuvent pas prétendre fuir la guerre et les talibans. Donc, soit ils prétendent être afghans (pas difficile), soit ils se servent de la persécution en raison de leur conversion chrétienne. (La cathédrale de Liverpool a annoncé avoir converti des iraniens à l’allure d'un par semaine.) De nombreux convertis iraniens sincères risquent leur vie pour suivre le Nazaréen ; mais certains, comme le jeune homme que j’ai rencontré à Lesbos, m’ont demandé s’il serait préférable que sa demande d’asile soit chrétienne, homosexuelle « ou peut-être les deux ». Je lui ai dit de choisir l'une ou l'autre.

Il y a quelques années, ces options de trafic n'étaient pas offertes, même à ceux qui avaient l'argent. Mais ces dernières années, la traite des êtres humains est devenue une vaste industrie mondiale, qui s'étend de Téhéran à Calais et maintenant au Kent.

Alors pourquoi les Iraniens viennent-ils ? La réponse est simple : parce qu'ils le peuvent.