Pin It

constructeurs pièces détachées automobiles iranCSDHI - Les politiques destructrices du régime iranien et ses dépenses en matière de terrorisme et de fabrication d’armes continuent de porter un coup dur à l’infrastructure économique du pays.

L’actualité récente concerne toute une chaîne d’usines et d’unités de production fermées en raison de la mauvaise gestion de l’économie du pays par les responsables du régime.

Dans un rapport interne, un conseiller du ministre du Travail admet que « les dernières statistiques disponibles datant de septembre 2018 indiquaient que 1 350 entreprises étaient confrontées à des problèmes et que 171 étaient dans un état critique ».

Un nombre considérable d’entreprises mentionnées appartiennent au secteur des pièces automobiles et sont confrontées à des problèmes critiques.

Selon les médias officiels, les autorités du régime iranien confessent les mauvaises conditions du secteur industriel du pays. Le président de l’Association iranienne des constructeurs de pièces détachées a déclaré : « Au cours des sept premiers mois de cette année, 100 000 personnes travaillant dans le secteur des pièces détachées ont perdu leur emploi. Si aucun changement fondamental n’est opéré, ce chiffre passera à 400 000 ».

Le nombre de chômeurs dans cette industrie ne se limite pas aux chiffres mentionnés. Les médias du régime iranien mettent en garde contre le chômage potentiel de 450 000 ouvriers dans le secteur des pièces détachées en raison de la crise dans le secteur de la construction automobile du pays, une impasse pour l’une des plus grandes industries. Environ 800 000 travailleurs travaillent dans ce secteur et si la crise persiste, la moitié de ces travailleurs rejoindra la masse grandissante des iraniens au chômage.

Un dirigeant de la société Beshel, l'un des principaux fabricants de pièces automobiles en Iran depuis 2016, a déclaré que la société produisait 1 300 cylindres et culasses de moteur chaque mois. Mais en 2018, la production de la société a été réduite à 350 cylindres par mois.

Le dirigeant a déclaré que leurs accords avec leurs clients, principalement des constructeurs automobiles, visaient à payer leurs achats dans un délai de 90 jours. Mais les conditions de paiement ont été changées à 120 jours en raison de difficultés, et les clients ne peuvent parfois même pas respecter ces conditions. « Parfois, il leur faut 300 jours pour payer leurs achats », a déclaré le dirigeant. « Les constructeurs automobiles ne nous paient pas et nous ne pouvons pas payer nos ouvriers. En conséquence, nous sommes confrontés à de graves problèmes de production de pièces et d’outils. Les constructeurs automobiles n’ont pas d’argent, ils présentent les constructeurs de pièces aux banques et ils ne paient pas les dividendes à temps. Dans de telles circonstances, la seule option pour les employeurs est de fermer leur entreprise ».

Le responsable de Beshel a déclaré : « À Khorasah, Mazandaran, Téhéran, Tabriz et Qazvin, plus de 200 000 ouvriers des pièces détachées ont été déplacés. À l'heure actuelle, en raison de problèmes de liquidités, l'industrie automobile du pays fonctionne à 50 % de ses précédentes capacités. Les constructeurs de pièces détachées sont obligés de laisser partir leurs travailleurs. Les estimations sont les suivantes : si nous ne trouvons pas de solution et ne pouvons pas résoudre les problèmes des constructeurs automobiles et des travailleurs, la situation de ce secteur se détériorera davantage ».

Un responsable du régime iranien a déclaré : « En raison des politiques de prix du gouvernement, le secteur de la fabrication de pièces détachées n'est plus rentable, et de nombreuses usines et entreprises sont poussées à fermer ou à licencier un grand nombre de leurs employés ».