manifestations iranCSDHI - Jalil Rahimi Jahanabadi, député iranien de la faction dite réformiste, s’interrogeait, dimanche, sur les coûts élevés de la politique étrangère iranienne : « Notre sécurité nationale n’est pas mise en danger par nos ennemis, mais dans les rues de nos propres villes », a déclaré le Parlement iranien lors d'une séance publique au parlement iranien.

Depuis que des manifestations à l'échelle nationale contre les revendications économiques ont éclaté à la fin de 2017, différentes factions dirigeantes se sont mutuellement blâmées à cause de la situation actuelle.

« Dans notre politique étrangère, nous avons des coûts très élevés inutiles. Notre influence régionale est importante, mais nous ne devons pas oublier une chose », a déclaré Rahimi Jahanabadi.

Comparant la situation actuelle du régime iranien à la dernière période de l'Union soviétique, il a déclaré : « Parfois, des coûts inutiles peuvent nous clouer au sol, dans les rues de Téhéran. Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, elle comptait 13 000 ogives nucléaires, une influence et une présence dans plus de 20 pays, ainsi que la station spatiale Mir, mais elle a été détruite dans les rues de Moscou et sa sécurité et son intégrité territoriale ont été détruites ».

« Aujourd'hui, les gens ont du mal à joindre les deux bouts, à nourrir leurs enfants, à nourrir les affamés de ce pays, et si nous ne pouvons pas remédier auux coûts inutiles des politiques étrangères, aux coûts inutiles des politiques intérieures, notre sécurité nationale sera endommagée, non par nos ennemis mais plutôt dans les rues de nos propres villes ».

L'un des slogans célèbres que les Iraniens crient lors de leurs manifestations est le suivant : « Non à Gaza, non au Liban ! Je vais sacrifier ma vie pour l’Iran ».

C’est la façon populaire utilisée par les rues iraniennes pour dire qu’il faut arrêter de gaspiller l’ argent du peuple dans des projets étrangers. Pensez à l'Iran, à son peuple et à nos intérêts nationaux.

Mohammadreza Badamchian, un autre député iranien, a déclaré lors de la même session parlementaire : « L’économie iranienne est actuellement dans une mauvaise situation. Les chiffres de l’emploi sont alarmants.

« Entre avril 2018 et la fin du mois d'août, plus de 40 % de la main-d'œuvre du secteur privé a été licenciée et est au chômage », a-t-il ajouté.

Badamchian a déclaré : « Laissons le peuple juger notre bilan. Comment se présente notre bilan économique des 40 dernières années ? Les gens brûlent sous le feu de notre mauvaise gestion ... »

Les analystes estiment que parallèlement au mécontentement croissant de la population et à la chute de l'économie iranienne, son parlement sera le théâtre de révélations et de critiques sans précédent des quatre dernières décennies de la République islamique.

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter