protestations iranCSDHI - La lutte pour sa survie est l’objectif du régime iranien. Avec le nombre croissant de manifestations et de protestations, le régime craint un soulèvement qui signifierait la fin de son leadership et de la corruption qui a enrichi un grand nombre de mollahs et d’associés des dirigeants du régime.

Alors que les sanctions continuent de s'accumuler, le régime iranien n'est pas disposé à négocier ou à concentrer ses ressources limitées sur leur peuple. Au lieu de cela, ils continuent à financer le terrorisme et les opérations militaires dans tout le Moyen-Orient dans le but d'étendre son influence. Pourtant, la résistance iranienne ne soutient pas la communauté internationale qui approuve un changement de régime par le biais d'une puissance militaire.

« La seule force qui pourrait mettre fin au terrorisme et à la belligérance du régime iranien est le soulèvement du peuple iranien avec sa résistance organisée », a déclaré Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). « Le temps est venu pour la France et la communauté internationale de reconnaître le droit de la résistance du peuple iranien à renverser le régime théocratique et à obtenir la liberté ».

La communauté internationale tient le régime pour responsable

Avec le retrait des États-Unis du Plan d'action global commun (JCPOA) en mai 2018, les sanctions sont de nouveau en vigueur. Le plan américain consiste à ramener le régime à la table des négociations concernant ses ambitions nucléaires et ses violations des droits humains. Si le régime renégociait, ce serait la même chose que d’admettre qu’ils sont en position de faiblesse. Leur survie même est en jeu.

« Dans de telles circonstances, le meilleur jeu final est la fin de la dictature malveillante qui s'est constamment immiscée dans la région et a supprimé ses propres citoyens. Une opposition viable et organisée constitue le meilleur mécanisme pour renverser la situation, au bénéfice de la paix et de la sécurité mondiales, de la fin des violations des droits humains et d'un Iran non nucléaire », a déclaré Mohammad Mohaddessin, président de la commission des affaires étrangères du CNRI basé à Paris.

Les responsables du régime reconnaissent même que les efforts de l’Europe pour maintenir le JCPOA en vie sont, au mieux, limités. « Il est vrai que les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire et que l’Europe ne l’a pas fait. Cependant, dans la pratique, ils sont en phase avec les États-Unis et sur des questions qui sont dans leurs propres intérêts, ils ont leurs différences », a déclaré Seyed Mohammad Saeedi, l’imam de la prière du vendredi à Qom, dans le centre de l’Iran.

Alors que les entreprises continuent de se retirer de l'Iran pour éviter les sanctions, l'économie subit un autre coup dur. Malgré l’augmentation du financement avec le JCPOA, l’économie iranienne a continué de se détériorer. De nombreux Iraniens vivent maintenant dans la pauvreté, luttant pour prendre soin de leurs familles, tandis que le Guide suprême de l’Iran a amassé une fortune de plusieurs milliards. La corruption et la mauvaise gestion de l'économie, de l'environnement et d'autres ressources ont forcé le régime à interdire même de petits rassemblements, de peur que cela ne mène à un soulèvement.

Des manifestations et protestations nationales montrent le rejet du régime par la population

Le peuple iranien, ainsi que les unités de résistance de l'OMPI / MEK, continuent de manifester contre les mollahs et leur gouvernement. Ces manifestations ont commencé en décembre 2017, mais les efforts répressifs du régime n'ont pas arrêté le peuple iranien.

« L’évolution importante en 2018 a été l’isolement sans précédent des mollahs au niveau international. Pendant des années, les gouvernements occidentaux, en particulier les États-Unis, avaient adopté la politique d'apaisement vis-à-vis des mollahs. Bien que certains Européens continuent de chercher à calmer les mollahs, le temps de la politique d'apaisement est terminé. C'est un grand revers pour le régime iranien », a déclaré Rajavi. « Aujourd’hui, les unités de résistance qui soutiennent l’OMPI sont les flammes de l’espoir dans les ténèbres du fascisme religieux des mollahs ».

Alors que le régime pille la richesse de la nation, la population s’appauvrit de plus en plus. Il n'y a pas de répit à l'horizon lorsque les niveaux d'emploi baissent. Des estimations récentes suggèrent que 3 millions d'Iraniens peuvent travailler mais ne peuvent pas trouver d'emploi. Depuis les années 1970, le PIB par habitant a continué de chuter. Dans l'intervalle, le nombre de violations des droits humains a augmenté.

Le régime veut se protéger, il a donc ciblé l'OMPI / MEK, le groupe le plus important de la résistance iranienne. Ce ciblage inclut l'exécution de 30 000 membres de l'OMPI / MEK au cours de l'été 1988. De plus, le régime utilise le terrorisme dans toute l'Europe pour tenter de briser le leadership de la résistance. Malgré tous leurs efforts pour discréditer la résistance au sein de la communauté internationale, il est clair que le peuple iranien ne veut plus supporter le régime beaucoup plus longtemps et le régime craint pour sa survie.

Source : The Media Express, le 29 janvier 2019

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @afchine_alavi: Tchaharchanbé Souri, fête du feu à travers l'Iran, s’est transformée en mouvement de protestation contre le régime des m…

csdhi.org