arrestation kurdes iranCSDHI - Des mandats d’arrêt contre dix défenseurs des droits civils et politiques kurdes, Hadi Kamangar, Fazel Qeitisi, Reza Asadi, Farhad Mohammadi, Rashed Montazeri, Hossein Kamangar, Isa Feizi, Amanj Ghorbani, Zanyar Zemiran et Bakhtiar Kamangar, ont été prolongés au cours des derniers jours.

Par ailleurs, ils ont été soumis à de fortes pressions pour faire des aveux à la télévision. Ces civils ont été arrêtés par les forces de sécurité entre le 1er et le 6 janvier.

Une source bien informée, qui a requis l’anonymat pour des raisons de sécurité, a déclaré au réseau kurde pour les droits de l’homme (KHRN) que « selon le bureau des interrogatoires de Kamyaran et de Sanandaj, les mandats d'arrêt de 10 militants civils et politiques ont été prolongés d'un mois. Lors d'un bref appel à leur famille, ces détenus leur ont annoncé qu'ils étaient toujours interrogés dans des lieux inconnus. Les efforts des familles et de plusieurs avocats kurdes pour avoir des renseignements sur leur sort et les accusations portées contre ces personnes ne sont pas concluants ».

Le KHRN a également été informé par un ancien civil détenu au centre de détention du ministère du renseignement à Sanandaj que les dix détenus du centre de détention du renseignement à Sanandaj étaient soumis à des pressions pour faire des aveux à la télévision. Il a ajouté que le nouveau directeur général du bureau du renseignement participait également au processus de confession et de pression à l'encontre de ces personnes.

Selon certaines informations, Nahid Kamangar (épouse de Rashid Montazeri), Nasrin Naghdi (épouse de Hossein Kamangar) et Zara Yousefi (épouse de Fadhil Qaytazi) auraient été convoquées par le bureau du renseignement de Kamyaran et interrogées pendant plusieurs heures, ces derniers jours.

La branche kurde du Parti de l'unité nationale a publié une déclaration à la suite de la détention du secrétaire du Parti de l'unité nationale au Kurdistan et d'un certain nombre de membres actuels et anciens concernant l'inquiétude que suscitait le sort de ses militants depuis plus de 26 jours.

Un peu plus tôt, le KHRN avait publié un rapport spécial sur la détention des militants kurdes.

Le texte suivant contient les noms des militants kurdes détenus à Kamyaran et à Sanandaj :

- Amanj Ghorbani : expert principal en environnement, employé du Département de l'environnement à Kamyaran et journaliste. Il a été impliqué dans des activités environnementales et a rédigé des articles de recherche sur des questions environnementales stratégiques dans les médias locaux et nationaux.

- Bakhtiar Kamangar : civil et négociant de confiance à Kamyaran.

- Hossein Kamangar : ancien membre du parti légal, qui avait déjà été arrêté deux fois pour ses activités politiques.

- Rashed Montazeri : employé de banque, militant écologiste et membre du conseil du village de Shahini à Kamyaran.

- Reza Asadi : militant écologiste et membre de la branche kurde du Parti de l'unité nationale à Kamyaran.

- Zanyar Zemiran: directeur général des eaux de la province régionale du Kurdistan, titulaire d'une maîtrise et ancien chef adjoint de la branche kurde du Parti de l'unité nationale à Sanandaj. Il est un membre bien connu du Conseil central de l'Organisation de recherche universitaire des étudiants en génie civil en Iran et secrétaire du Secrétariat permanent des conférences des étudiants en génie civil en Iran.

- Isa Feizi : militant écologiste et ancien membre de la branche kurde du parti de l'unité nationale à Kamyaran.

- Fazel Qeitasi : militant écologiste et membre de la branche kurde du parti de l'unité nationale à Kamyaran, ancien membre du conseil municipal de Kamyaran.

- Farhad Mohammadi : juriste et secrétaire de la section kurde du Parti de l'unité nationale à Sanandaj.

- Hadi Kamangar: militant écologiste et ancien membre de la branche kurde du Parti de l'unité nationale à Kamyaran.

Source : Réseau des droits de l'homme du Kurdistan - 4 février 2019

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter