Pin It

incompétence régime inondations iranCSDHI – On peut en dire beaucoup sur la compétence d’un gouvernement dans la manière dont il gère les crises internes. Les inondations soudaines qui ont récemment assailli l’Iran offrent l’occasion de mesurer la compétence du régime iranien.

Depuis le 19 mars, au moins 26 des 31 provinces iraniennes, y compris environ 1 900 villes et villages, ont été touchées par les graves inondations. Le bilan officiel est de 62 morts, selon le responsable de l'organisation iranienne de médecine légale, qui pense que les décès continueront d'augmenter, mais les habitants signalent plus de 200 morts. Un tiers des routes iraniennes ont été submergées par l’eau, bloquées par des glissements de terrain ou endommagées par des inondations, a admis Behnam Saeedi, représentant de la National Disaster Management Organization.

Le régime n'a pas bien géré la situation. Les autorités n'étaient pas préparées aux inondations car elles n'ont pas tenu compte des conseils des experts et ont systématiquement détourné l'argent des secours en cas de catastrophe vers les forces de répression.

Le Dr Majid Rafizadeh, politologue irano-américain, a écrit : « En plus de l'accent mis par le régime sur les dépenses excessives pour sa puissance militaire et de puissance, plutôt que sur les programmes de secours, les inondations peuvent également être attribuées à la mauvaise gestion de l’urbanisme par le gouvernement, à ses efforts pour faire des profits en poursuivant des projets de logements près des rivières et en généralisant la déforestation et l'exploitation des forêts et des mines au profit des pasdarans, de ses entreprises et de ses hauts responsables ».

Ainsi, alors que de nombreuses régions touchées par les inondations manquent de nourriture, d’énergie et de médicaments, et que le directeur provincial du Croissant-Rouge, Sarem Rezaee, affirme que les demandes d’aide urgente ne sont pas entendues, le Corps des gardes de la révolution islamique (les pasdarans) a réprimé les protestations légitimes de la population ; en en tuant un et en blessant plusieurs autres. Pourquoi ? Les pasdarans et le régime craignent que ces manifestations ne conduisent à un changement de régime par et pour le peuple iranien.

Le président Hassan Rouhani, le général de brigade Gholamreza Jalali, chef de l’Organisation de la défense passive, et le ministre des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif, ainsi que de nombreux autres membres du régime ont accusé les sanctions américaines d’avoir arrêté les efforts de secours, alors même que les budgets d’aide étaient réduits en faveur des forces répressives depuis des décennies.

Rafizadeh a écrit : « En conclusion, le désastre provoqué par les inondations en Iran montre que le régime a mal géré la crise, son manque de préparation, son incompétence dans la gouvernance du pays et son obsession d'affecter une grande partie du budget de la nation à ses programmes militaires plutôt qu’aux secours et situations d'urgence afin de fournir une assistance à ses citoyens ».

Source : Stop au Fondamentalisme