Pin It

bahai iranCSDHI - Nos compatriotes bahaïs évitent toute activité politique et, en gros, la communauté bahaïe d'Iran n'a plus de gouvernement depuis 1983. Il leur est donc impossible de s'engager dans des activités politiques ou de promouvoir la foi bahaïe.

En raison de leur conviction commune et de l’amitié qui les unit, ils se socialisent et, dans la limite de la loi et des droits fondamentaux, ils s’occupent des « affaires personnelles » de leur communauté. De toute évidence, la simple connexion et la prise en charge des besoins sociaux ne constituent pas un crime ; cela fait partie de leurs droits civils.

La croyance en la foi bahaïe n'est pas non plus un crime et, conformément au principe de Brandt, au principe juridique des crimes et des peines, et à la règle jurisprudentielle et rationnelle de « Pas de peine sans loi », ils ne peuvent pas être punis parce qu’ils sont bahaïs. Pourtant, pendant des années et pour diverses excuses, les droits fondamentaux de nos compatriotes bahaïs ont été violés. Ils sont exclus de l'enseignement supérieur et de l'emploi au sein du gouvernement et des organismes publics. Leurs lieux de travail et leurs maisons sont violés. Parfois, leurs biens sont confisqués et leurs entreprises fermées. Et le plus flagrant et oppressant de tous, leurs cimetières et les corps de leurs défunts sont profanés.

Toutes ces actions sont en contradiction avec les enseignements de l'Islam, dans la mesure où la loi islamique a, dans certaines conditions, accordé certains droits aux minorités et même aux infidèles, et même des pactes ont été conclus avec eux. Cependant, cette conduite injuste actuelle va à l'encontre du droit civil et religieux ainsi que de la conscience.

Les citoyens bahaïs se heurtent souvent à des problèmes de sécurité et de justice pour diverses raisons, telles que « la promotion de la foi bahaïe », « organisation de groupes dans le but de perturber la sécurité nationale » ou « appartenance à ces groupes ». Indépendamment du fait que ces affirmations doivent être prouvées, « le fait d’être simplement bahaï ou même de promouvoir la foi bahaïe n’a pas été qualifié de crime » et n’est pas punissable. Ces mêmes affrontements avec les bahaïs sont en eux-mêmes une sorte de promotion de la foi bahaïe contre le régime de la République islamique. Tout aussi souvent, dans les rapports des organisations de défense des droits de l’homme, y compris aux Nations Unies, les violations des droits fondamentaux des bahaïs en Iran ont été condamnées et sont considérées comme des bons exemples de violation des droits humains.

Les droits des minorités religieuses dans la Constitution

L’article 14 de la Constitution iranienne stipule : « Selon le noble verset « Que Dieu ne vous interdise pas, en ce qui concerne ceux qui ne vous ont pas combattu pour la cause de la religion et qui ne vous ont pas expulsé de vos habitations, vous devez être gentils avec eux et agir avec justice envers eux ; Dieu aime sûrement les justes », le gouvernement de la République islamique d’Iran et les musulmans sont obligés de traiter les non-musulmans avec gentillesse, équité et justice islamique, et de faire respecter leurs droits humains (…).

Droits des minorités religieuses en Islam

En Islam, il y a toujours eu des règles régissant les relations entre musulmans et minorités religieuses et même les infidèles, qui leur confèrent des droits sous certaines conditions. Bien que, selon l’article 13 de la constitution du pays, les seules minorités religieuses reconnues soient les Zoroastriens, les Juifs et les Chrétiens, le verset 256 de la sourate al-Baqarah, dans le Coran, dit : « Il n’y a aps de coercition en religion ». Certains juristes pensent que, concernant certains adeptes d’autres religions, et même des infidèles, tant qu’ils respectent les termes du pacte (payer des impôts, se soumettre au gouvernement et aux lois, ne pas aider les ennemis de l’Islam, ne pas promouvoir leur religion), il n’y a pas de différence entre eux et le peuple du Livre (zoroastriens, juifs et chrétiens) et ils devraient également être considérés comme des minorités religieuses.

Par conséquent, étant donné que les bahaïs paient des impôts, obéissent au gouvernement et aux lois de la République islamique, défendent leur pays contre ses ennemis - les prisonniers de guerre et les bahaïs martyrisés dans la guerre Iran-Irak en sont la preuve - et ne promeuvent pas leur religion, alors, selon la jurisprudence islamique, ils devraient définitivement être comptés parmi les minorités religieuses, dont les droits civils devraient non seulement être respectés, mais également garantis par le gouvernement (…).

Le prophète de l'islam a également traité les minorités de manière fraternelle. Par exemple, lorsque le prophète de l'islam assistait aux funérailles d'un des juifs, certains des compagnons ont exprimé leur consternation quant au fait qu'il avait accompagné le cadavre d'un juif. Le prophète a déclaré : « Ce Juif n’était-il pas un être humain ? ». En posant cette question, il clarifie le point de vue de l’Islam concernant l’égalité des hommes. Il définit également la position des fidèles dans une société musulmane.

En outre, l'Imam Ali, le premier imam de l'islam chiite, s'adressant à Malik al-Ashtar, gouverneur de l'Égypte, a déclaré : « Malik, faites de votre cœur une demeure de miséricorde pour le peuple. Traitez-les avec gentillesse et compassion. Ne soyez pas pour eux la bête féroce qui pille leur vie et leur gagne-pain, car ils sont soit votre frère dans la foi, soit un être humain similaire et égal à vous ».

Pour en lire davantage : http://iranpresswatch.org/post/20161/20161/

 

Source : Iran Press Watch