Pin It

troubles mentaux iranCSDHI - Selon de nouveaux chiffres publiés par le ministère iranien de la santé, 21 millions d’Iraniens souffrent de troubles mentaux, ce qui signifie qu’un Iranien sur quatre est touché.

Selon des statistiques récentes, 23,4 % des adultes iraniens ont souffert d'un trouble psychiatrique au cours de l'année écoulée, dont 27,6 % sont des femmes et 19,4 % des hommes. La dépression représente également environ un tiers des troubles mentaux, selon le rapport.

Majid Sadeghi, vice-président de l'Association de psychologie iranienne, estime que les chiffres relatifs aux troubles mentaux dépassent de nombreuses maladies physiques.

« Après les maladies cardiovasculaires et les accidents de la route, les maladies mentales ont les taux les plus élevés du pays et une famille sur quatre est touchée », a-t-il déclaré, ajoutant que l'anxiété et la dépression constituaient environ les deux tiers des troubles mentaux.

Ce sont les jeunes qui souffrent le plus de maladies mentales en Iran et les nouvelles générations sont les plus susceptibles d’être touchées.

Selon les informations obtenues, bien que la situation économique actuelle en Iran puisse être un facteur sous-jacent à l'augmentation du nombre de maladies mentales, elle ne peut être considérée comme l'unique raison de cette augmentation en flèche.

Les informations indiquent que les Iraniens aisés vivant dans le nord de Téhéran souffrent autant que la population touchée par la pauvreté dans le sud de Téhéran.

« En général, l’atmosphère de la communauté, y compris les crises économiques, les problèmes culturels, les conditions de vie, et les défis sociaux et politiques en Iran sont tous des facteurs qui affectent la santé mentale des personnes », indique les informations du ministère de la santé.

L’absence de couverture d’assurance est un problème grave pour les patients psychologiques. Certains experts pensent que les personnes atteintes de dépression qui n’ont pas consulté des professionnels ou des conseillers en raison du coût élevé du traitement sont susceptibles de faire partie des 5000 personnes qui se suicident chaque année.

En effet, les causes fondamentales des problèmes psychologiques en Iran sont les pressions économiques, les anomalies sociales et la répression institutionnalisée. Les Iraniens, en particulier la jeune génération, ont perdu tout espoir en leur avenir.

Le changement du statu quo est la seule réponse à l’épidémie de troubles mentaux en Iran qui ne sera possible qu’avec un changement de régime et la mise en place d’une société démocratique où les Iraniens pourront enfin s’épanouir.

Source : Iran News Wire