Pin It

manifestations iranCSDHI - Les Iraniens manifestent, le 15 et 16 mai, à Téhéran, Mashhad, Zanjan et Kashan.

Jeudi, les créanciers qui ont perdu leurs économies au profit de l'institution de crédit caspienne affiliée aux Gardiens de la révolution se rassembleront devant la banque centrale iranienne à Téhéran pour demander que les responsables de leurs économies volées soient traduits en justice.

Depuis plus d’un an, les créanciers appelés les « dépositaires perdants » qui ont perdu leur épargne au profit des établissements de crédit affiliés au régime protestent et réclament le remboursement de leur argent.

Le terme « dépositaires perdants » en Iran est une nouvelle expression socio-économique. Ce terme est utilisé pour désigner une partie de la population iranienne dont les acomptes financiers ont été déposés par des institutions financières gouvernementales ou d'autres organisations agréées pour acheter une maison ou un véhicule, etc., mais l’argent ne leur a pas été restitué et a même été illégalement bloqué.

Les chauffeurs de la ligne de bus privée de la ville de Zanjan, au nord-ouest de Téhéran, et les chauffeurs de Minibus à Mashhad font grève pour protester contre leur licenciement et l’incapacité du gouvernement à répondre à leurs demandes.

Hier également, des étudiants de l'université de Téhéran ont organisé une manifestation contre le renforcement de l'application des restrictions religieuses pendant le mois sacré du ramadan.

D'autre part, les étudiants de l'université de Kashan organisent une manifestation jeudi en solidarité avec l'université de Téhéran. Ils protestent contre la mauvaise qualité de la nourriture et les conditions médiocres des dortoirs, ainsi que contre les problèmes sociaux et quotidiens des étudiants.

L'Iran lance de nouvelles patrouilles répressives sous différents noms afin de renforcer la répression contre les contestations et manifestations de rue, en particulier pendant le ramadan.

La police de la moralité iranienne et les forces Bassijs intensifient généralement les patrouilles publiques pendant le ramadan afin de s’assurer que les femmes ne violent pas les règles du hijab et que les citoyens ne violent pas les interdictions de manger pendant la journée.

Source : Iran News Wire