Pin It

arrestation yoga iranCSDHI – Vendredi 24 mai 2019, le CSDHI a rapporté l’affaire des 30 personnes arrêtées pour avoir pratiqué le yoga dans une maison à Gorgan, en Iran. Certaines sources de l’intérieur du pays ont affirmé au Centre pour les droits de l’homme en Iran quela répression et les arrestations étaient courantes mais étaient rarement connues du public.

Dans cette affaire, le procureur adjoint de la province du Golestan avait déclaré à l'agence de presse Tasnim, que les 30 hommes et femmes, non identifiés et vêtus de « vêtements inappropriés » avaient été arrêtés au domicile d'une personne qui serait poursuivie pour avoir permis la pratique du yoga sans licence.

Selon Masoud Soleimani, la personne en question aurait posté une annonce sur Instagram, proposant de donner des cours de yoga chez elle. Son post sur Instagram a permis de découvrir une série de contacts. Et il a ajouté : « Cet individu n'avait pas de licence de club de sport et les femmes et hommes, présents à son cours, portaient des vêtements inappropriés et se livraient à des activités indécentes ».

« Après avoir surveillé leurs mouvements, les agents ont arrêté environ 30 femmes et femmes vêtues de vêtements très inappropriés dans une maison dont le propriétaire a été remis aux autorités judiciaires pour être poursuivi en justice pour violation de la loi ».

Une militante des droits des femmes a déclaré au CDHI que le gouvernement autorisait « rarement » les gens à pratiquer officiellement le yoga, par conséquent, les adeptes de l’ancienne discipline hindoue avaient tendance à le faire en secret.

« Ils sont très méfiants envers le yoga et délivrent rarement des autorisations pour son enseignement et sa pratique », a déclaré la militante qui a requis l'anonymat pour des raisons de sécurité.

« Au lieu de cela, les individus doivent chercher à obtenir une licence sous couvert de différents sports afin de proposer du yoga », a-t-elle déclaré.

Une autre personne qui pratique le yoga à Téhéran a déclaré au CDHI que des personnes assistaient à de petites séances privées pour éviter d'être découvertes et poursuivies par les autorités.

Bien que le yoga gagne en popularité en Iran, le gouvernement et les chefs religieux le considèrent comme une violation de la morale islamique chiite.

Depuis qu’il a été nommé Guide suprême du pays en 1989, l’Ayatollah Ali Khamenei a dénoncé divers choix de mode de vie privés, notamment écouter ou jouer de la musique occidentale ou regarder des films étrangers, comme témoignage de l’ « invasion culturelle » de l’Occident en Iran.

Un examen superficiel du site Web du Guide suprême montre qu'il s'est prononcé plus de 100 fois contre cette prétendue invasion.

« Dès le début, la République islamique a montré qu'elle ne tolérerait pas la culture occidentale décadente et corrompue », a déclaré Khamenei lors d'un sermon de prière du vendredi en mars 1990. « En réalité, les puissances mondiales exercent leur domination à travers la culture ».

Et il avait poursuivi : « C’est ce que les Français ont fait pour la première fois il y a 200 ans dans d’autres pays, puis les Britanniques et, plus récemment, les Américains. En d'autres termes, ils ont exporté leur langue, leur culture et leur mode de vie dans tous les pays possibles. Même si un pays est économiquement indépendant, les puissances mondiales peuvent le dominer par des influences culturelles ».

Une source qui pratique le yoga en Iran depuis plus de huit ans a rappelé au CDHI un incident au cours duquel les autorités ont perquisitionné une classe et arrêté le professeur et ses élèves.

« Nous avons réalisé que ceux qui voient le yoga avec suspicion ne le font pas seulement parce que les hommes et les femmes se mélangent pour participer à une activité physique, mais aussi à cause de la manière de penser à la vie qui faisait l’objet de discussions au cours de ces séances », a déclaré la source. « Ils ne comprennent pas que c’est un droit du peuple et une question de choix privé ».

La nouvelle des arrestations à Gorgan a été critiquée par les Iraniens sur les réseaux sociaux.

« Quand vous ne comprenez pas le yoga comme un sport et que vous pensez que les mouvements sont indécents, cela conduit un groupe de personnes (ayant le même mental) à essayer de dicter un certain style de vie à toute la nation », a tweeté « Persian Banoo », le 23 mai.

Un autre utilisateur iranien de Twitter, Farid Mousavi, a commenté : « Ils vous arrêteront si vous chantez. Ils vous arrêteront si vous dansez. Ils vous arrêteront si vous jouez d'un instrument. Ils vous arrêteront si le vent souffle dans vos cheveux. Ils vous arrêteront si vous pensez. Ils vous arrêteront si vous parlez. Ils vous arrêteront si vous faites du vélo ... »

L’utilisateur iranien de Korosh Tehrani a tweeté : « L’arrestation d’une femme à Abyaneh pour avoir chanté, la fermeture de pages Instagram appartenant à des musiciens jouant du târ (luth à long manche avec un corps en forme de double cœur) et du violon, l’arrestation de 30 hommes et femmes dans un cours de yoga, les arrestations de 419 personnes accusées d’avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan, etc… continuent ».

Le journaliste Behnam Gholipour a écrit : « Le chef de la magistrature, Ebrahim Raisi, a conquis de nouveaux sommets avec l'arrestation de 30 pratiquants de yoga à Gorgan pour avoir participé à un sport collectif ».

Source : Le Centre pour les droits de l'homme en Iran