Pin It

église tabriz iranCSDHI – Jeudi 9 mai, des agents des services du renseignement ont pris d'assaut l'église centenaire de Tabriz, classée au patrimoine national, et ils ont détruit la croix de la tour qui se tenait sur une flèche conique.

Le groupe de défense des droits des chrétiens iraniens, Article Eighteen, site web chrétien en langue persane, a déclaré que les responsables de la sécurité du régime iranien ont attaqué l’église centenaire, le 9 mai, ont arraché sa croix et changé toutes les serrures puis ordonné au gardien de l’église de partir (Newsweek, le 28 mai 2019).

La communauté chrétienne assyrienne de la ville de Tabriz, située dans le nord-ouest du pays, est dans un état de choc depuis la fermeture forcée de l'église presbytérienne au début du mois.

« Ils ont expliqué que le peuple assyrien n'est plus autorisé à organiser de service de culte là-bas », a expliqué une source de confiance de l’Article Eighteen.

La source a déclaré que les membres de l'église avaient eu peur quelques jours après la fin des vacances de Noël, quand des pasteurs d'autres églises ont été empêchés de se rendre à l'église de Tabriz pour un culte commun avec d'autres chrétiens assyriens et arméniens.

Puis, le 9 mai, « un grand nombre » d'agents du ministère du renseignement et d'EIKO (Exécution de l’Ordre de l’Imam Khomeini), une organisation placée sous le contrôle direct du Guide suprême, « sont entrés dans l'enceinte de notre église et ont changé toutes les serrures des portes, enlevé la croix de la haute tour de l'église, installé des instruments de surveillance et ont commencé à menacer et à forcer notre gardien à quitter immédiatement les lieux ».

L'église, appartenant au presbytère assyrien, a été « confisquée » par une ordonnance du tribunal révolutionnaire en 2011, mais les membres de l'église avaient pu continuer à utiliser le bâtiment pour des services en langue assyrienne - jusqu'à maintenant.

Le directeur du plaidoyer de l’Article Eighteen, Mansour Borji, a déclaré que la confiscation et la destruction éventuelle des églises protestantes en Iran faisaient désormais partie d’une stratégie visible (Newsweek, le 28 mai 2019).

« De nombreuses églises appartenant à des protestants ont été confisquées en Iran », a-t-il expliqué, ajoutant, « dans la plupart des cas, le gouvernement n’a pas été en mesure de les transformer, en particulier si elles figuraient sur la liste. Donc, elles restent généralement vides, souvent négligées, et se transforment en ruines avant d'être démolies, comme ce fut le cas avec l'église de Kerman ».

Le groupe de défense des droits humains, Amnesty International, a décrié le traitement réservé à la minorité chrétienne par le gouvernement iranien. En vertu de la constitution de la République islamique, la liberté de culte est autorisée aux chrétiens arméniens et assyriens du pays. Cependant, ils ne sont pas autorisés à organiser des services en persan, car cela pourrait être interprété comme du prosélytisme, et les convertis sont passibles de lourdes peines allant de 10 à 15 ans de prison (Newsweek, le 29 mai 2019).

Sources : Le site chrétien, Article 18 - 23 mai et Newsweek, le 28 mai 2019