Pin It

new york times correspondant iranVOA, le 11 juin 2019 - L'Iran a révoqué, sans explication, l'accréditation de presse du correspondant du New York Times basé à Téhéran, a rapporté le journal mardi.

Alors que le journal déclarait espérer que Thomas Erdbrink serait bientôt autorisé à travailler à nouveau, la révocation survient au milieu des tensions croissantes entre les États-Unis et l’Iran qui découlent du retrait du président Donald Trump de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales, il y a un an.

L’Iran a retiré l’autorisation requise par le gouvernement d’Erdbrink de travailler comme journaliste il y a quatre mois, a déclaré le Times. Il est incapable de travailler depuis février et le Times a annoncé sa décision de rendre publique sa situation « après de récentes spéculations et commentaires sur les réseaux sociaux ».

« Les responsables du ministère iranien des affaires étrangères ont à plusieurs reprises assuré au Times que les pouvoirs de M. Erdbrink seraient bientôt rétablis, mais ils n'ont donné aucune explication sur les retards ou les raisons de sa révocation », a rapporté le Times, citant le rédacteur en chef international, Michael Slackman. « Selon des indications, il semblerait que cette affaire soit bientôt résolue ».'

La télévision publique néerlandaise NOS, qui emploie également Erdbrink en tant que correspondant, a déclaré que « des mesures importantes » avaient été prises pour résoudre le problème, sans plus de précision.

La mission iranienne aux Nations Unies n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Interrogé à propos d'Erdbrink lors d'une conférence de presse, mardi, le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Gholamhossein Esmaili, a déclaré que l'Iran avait permis à de nombreux journalistes à entrer dans le pays pour y travailler. « En ce qui concerne cette personne, je n'ai aucune information sur ce qui s'est passé », a déclaré Esmaili.

Erdbrink, de nationalité néerlandaise, a précédemment travaillé comme correspondant pour le Washington Post, ainsi que pour d'autres médias néerlandais. Il est marié à la photographe iranienne Newsha Tavakolian, représentée par l’agence de photo Magnum.

Tavakolian a également été empêchée de travailler, a rapporté le Times. Magnum n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Tavakolian et lui étaient au centre de « Our Man in Tehran » (« Notre homme à Téhéran »), un documentaire de 2018 sur son travail et sa vie en tant que journaliste occidental en Iran. Erdbrink fait également des apparitions dans des films en farsi.

Les journalistes iraniens peuvent être harcelés par les services de sécurité, tandis que d'autres ont été emprisonnés pour leur travail. Les journalistes locaux sont les plus durement touchés, mais les journalistes étrangers à Téhéran, notamment ceux qui entretiennent des liens avec l’Occident, ont également été emprisonnés.

« Travailler ici, c'est comme marcher sur une corde raide », a déclaré Erdbrink à un moment de « Our Man in Tehran ».

Le dernier cas important concerne le journaliste américano-iranien Jason Rezaian du Washington Post, qui a été condamné en 2015 à l'issue d'un procès tenu à huit clos pour « espionnage » et critiqué à l'échelle internationale. Un échange de prisonniers en 2016 négocié entre l'Iran et les États-Unis au début de l'accord nucléaire ont permis la libération de Rezaian et trois autres irano-américains en échange de la grâce ou abandon des accusations contre sept Iraniens. Cet accord a également obligé les États-Unis à verser en espèces, 400 millions de dollars (353 millions €) à l'Iran.