Pin It

Maysam Esmail Zehi iranCSDHI - Aucune nouvelle n'a été communiquée sur ce qu’il est advenu de Maysam Esmail Zehi, un jeune homme originaire de Zahedan, arrêté il y a 14 jours, par les forces de sécurité et conduit dans un lieu inconnu.

Maysam Esmail Zehi a été arrêté, le samedi 1er juin 2019, quelques jours après une vive manifestation devant le bureau du gouverneur à Zahedan pour protester contre le meurtre de Mousa Shahbakhsh par les forces de sécurité officielles.

Deux semaines plus tard, aucune information n’est communiquée sur son lieu de détention et sur ce qu’il lui est arrivé.

Une source bien informée a déclaré que les forces de sécurité n’avaient présenté ni leur mandat d’arrêt ni aucun mandat de perquisition du domicile de M. Esmail Zehi. Ils ont fouillé la maison en l'absence de M. Esmail Zehi, qui a ensuite été arrêté par la police routière quelques heures plus tard alors qu'il conduisait.

Un groupe d'habitants de Zahedan, dont Maysam Esmail Zehi, s'était réuni le 27 mai 2019 devant le bureau du gouverneur à Zahedan, capitale de la province, après la mort d’un jeune homme, tué par la police.

Les forces de sécurité officielles ont appelé des renforts et ont tiré des coups de feu en l'air pour tenter de disperser la foule, craignant que la manifestation n’attire davantage de manifestants et ne conduise à une plus grande agitation. La foule en colère a attaqué les véhicules des Forces de sécurité officielles et leur a lancé des pierres pour repousser les forces qui tentaient de les arrêter.

Des policiers ont déclaré aux journalistes que l'homme avait été blessé et qu'il était décédé à l'hôpital.

Des témoins locaux ont déclaré que la police poursuivait l'homme, Mousa Shahbakhsh, pour non-présentation de son permis de conduire. Selon les policiers, il ne s’est pas arrêté sur les ordres de la police, alors ils l’ont abattu. Cet incident s'est produit sur l'avenue Keshavarz, dans le centre-ville de Zahedan, capitale de la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est de l'Iran.

Les forces de sécurité officielles jouissent de nombreux pouvoirs au Sistan-Baloutchistan et tirent fréquemment sur des jeunes hommes sous prétexte de contrebande et de trafic de drogue.

Source : Les droits de l’homme en Iran