Pin It

mohammad azari jahromi iranRadio Farda - Le commandant adjoint de la police en Iran, Ayoub Soleimani, a nié l’existence d’hectares de fermes de pavot à opium en Iran,  révélés par l’un des ministres de Hassan Rohani.

Le 27 janvier, le ministre des Technologies de l'information et de la communication, Mohammed Azari Jahromi, le plus jeune membre du gouvernement, a annoncé pour la première fois, la nouvelle sur Twitter, malgré l'interdiction officielle de communiquer sur les médias sociaux en Iran.

« Le Centre de recherche spatiale iranien surveillant les terres agricoles du pays a découvert une ferme de 70 hectares dans laquelle est cultivé du pavot à opium », a écrit Jahromi sur Twitter. « Encore une fois, la technologie a servi la transparence, bien que certains n’aiment pas cela ».

Le 31 janvier, en réponse au tweet de Jahromi, le général Mohammead Massoud Zahedian, chef de la police des stupéfiants, a démenti, expliquant à l’agence ISNA que si la nouvelle était exacte, « cela voulait dire que la police iranienne dort ».

Le ministre de la Communication s’est empressé de répondre à Zahedian : « Le rapport du centre de recherche sur la culture de l’opium est précis et détaillé. J'ai invité le chef de la police anti-drogue au centre pour vérifier les détails, et il a bien accueilli l'invitation », a écrit Jahromi sur Twitter.

Mais le chef de la police a tenu à présenter sa propre explication technologique : « La longueur d'onde de la lumière réfléchie par le pavot à opium est similaire à celle du pavot sauvage ; par conséquent, les deux ont été confondus », a-t-il déclaré.