Pin It

Hamid reza Rahmati enseignant IranCSDHI - Un membre de l'Association professionnelle des enseignants de la province centrale d'Ispahan en Iran a été condamné à trois ans de prison, 74 coups de fouet en public et à une amende pour avoir fait un sit-in.

 

Selon la peine prononcée par la section 103 du tribunal de Chahreza, le syndicaliste enseignant Hamidreza Rahmati, a été condamné à 18 mois de prison et 74 coups de fouet en public pour « trouble à l'ordre public par un acte anormal commis à l'extérieur d’un bâtiment du ministère de l'Education ».

Il a été condamné à 18 mois de prison supplémentaires et à une amende de 20 millions de toman (environ 600 dollars) pour « envoi de messages sur les médias sociaux encourageant la violence ».

Hamidreza Rahmati a été arrêté puis libéré sous caution pour avoir entamé une grève de la faim et tenu un sit-in dans la cour du rectorat dans la ville de Chahreza, dans la province d'Ispahan. Il exigeait la libération des enseignants arrêtés en décembre dernier lors de leur grève nationale.

Suite à un sit-in pacifique pour les droits des enseignants en Iran les 13 et 14 novembre 2018, les forces de sécurité ont arrêté plusieurs enseignants, selon l'Association professionnelle des enseignants iraniens.

Dans une déclaration, l'association a affirmé qu'au moins 30 militants avaient été convoqués et 12 détenus.

Les militants de l’enseignement sont systématiquement poursuivis en justice par le régime iranien. Ils sont emprisonnés et condamnés à de lourdes peines de prison.

Quatre éminents défenseurs des droits des enseignants, Esmail Abdi, Mahmoud Beheshti-Langroudi, Rouhollah Mardani et Mohammad Habibi, sont en prison en Iran et purgent de longues peines de prison.