Pin It

berlin iran libre 6 juillet

Deutsche Welle - Les opposants au gouvernement théocratique iranien se sont rassemblés à Berlin pour protester contre le bilan du pays en matière de droits humains. Ils ont exhorté les investisseurs potentiels à ne pas soutenir le régime et ont déclaré que l'Occident ne devrait pas conclure d'accords avec Téhéran.

 

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans le secteur gouvernemental de Berlin pour protester contre l'utilisation par le gouvernement iranien de mesures draconiennes contre ses opposants.

Les manifestants, qui portaient des drapeaux et des ballons de la Révolution préislamique aux couleurs nationales vert, blanc et rouge, se sont opposés à l'application de la peine de mort et à la torture en prison.

« A bas le régime » figurait parmi les slogans scandés, avec : « L'Occident ne doit pas faire de compromis avec le fascisme religieux. »

Un message de Maryam Radjavi, la dirigeante des Moudjahidines du peuple d'Iran, un groupe controversé qui cherche à renverser le régime, a été diffusé devant la foule.

Dans ce message, Mme Radjavi condamne le gouvernement iranien pour avoir commis des actes de terrorisme dans d'autres pays. Parmi eux, a-t-elle dit, se trouvaient les assassinats au restaurant Mykonos, qui avait visé les dirigeants de l'opposition irano-kurde.

Radjavi a appelé la chancelière Angela Merkel à envoyer une délégation en Iran pour évaluer la situation dans les prisons et les affirmations de l'Iran selon lesquelles il n'y a pas de prisonniers politiques ni de torture dans ses prisons.

Javad Dabiran, représentant berlinois du Conseil national de la Résistance iranienne, a déclaré au service farsi de DW que le gouvernement iranien - sous pression au niveau national et international - recourait de plus en plus à la peine de mort et à la répression des droits des minorités.

« Ce régime ne peut être réformé », a déclaré Dabiran. « Nous voulons faire passer le message que tout investissement visant à changer ce régime de l'intérieur est une erreur et c'est ce que font les Européens. C'est pourquoi nous demandons à l'Allemagne et à l'Union européenne de repenser leur politique, car elle est catastrophique. »

berlin iran libre 6 juillet 2

Alors que les organisateurs ont estimé le nombre de manifestants à 15 000, la police en a estimé le nombre à quelque 4 500. DW a estimé que ce nombre se situait entre 7 000 et 8 000.

L'Iran a fait l'objet de critiques internationales concernant son recours à la peine capitale. En plus d'appliquer la peine de mort pour des crimes graves comme le meurtre et le viol, le système juridique du pays impose également la peine capitale pour l'homosexualité et l’opposition politique.