Pin It

femmes IranCSDHI – Le régime en Iran a annoncé que de nouveaux canaux sur Instagram et les services de messagerie locaux allaient être lancés pour que les Iraniens ordinaires puissent pratiquer la délation en signalant aux autorités la conduite « immorale » des autres. Filmer, poster, dénoncer, le nouveau mot d'ordre des mollahs. 

Selon l’agence de presse Tasnim, affiliée aux pasdaran, le parquet de Téhéran a encouragé les gens ordinaires à prendre des photos et des vidéos et à rassembler d’autres informations sur leurs concitoyens pour en informer la "loi".

La chaîne du « tribunal de l’orientation », instrument d’inquisition, a demandé aux Téhéranais de signaler « toute forme de non-respect du port du voile ou d’infraction en matière de conduite automobile, de consommation d'alcool et d’organisations de fêtes mixtes dans des lieux tels que les restaurants traditionnels, les cafés, les centres commerciaux et les jardins ». Les Téhéranais ont également été invités à signaler les contenus « immoraux » sur les médias sociaux.

Mohammad Mehdi Haj-Mohammadi, chef du tribunal de l’orientation, a déclaré que ces nouvelles mesures visaient à « accélérer le processus de traitement des infractions et à utiliser le pouvoir des citoyens » pour mieux réprimer les libertés civiles dans la capitale.

Hier, le chef de la police de Téhéran a juré de réprimer « énergiquement » les femmes « mal-voilées », tandis que le procureur général a soutenu la police pour sa répression des « anomalies sociales ».

Il n’est pas nécessaire de dire que la nouvelle a été largement rejetée par les Téhéranais qui détestent la police du vice. Au lieu de pratiquer la délation via les médias sociaux, les Iraniens préfèrent filmer les brutalités policières contre les citoyens qu’ils publient largement sur les médias sociaux.