Pin It

Massoud Kazemi journaliste iranienCSDHI - Une cour d'appel en Iran a confirmé la peine de 4,5 ans de prison d'un journaliste condamné pour atteinte à la sécurité nationale.

La branche 3 de la Cour d'appel de Téhéran a confirmé la condamnation de Massoud Kazemi, selon son avocat, Ali Mojtahedzadeh.

Le 3 juin, Kazemi a été condamné à 4,5 ans de prison pour "diffusion de fausses informations" et "outrage" au guide suprême et aux autorités du pays. Il a également été interdit d'"activités médiatiques" pendant deux ans.

En vertu de l'article 134 du Code pénal iranien, Kazemi, ancien rédacteur en chef de la revue politique Sedaye Parsi (voix persane), ne doit purger que la peine maximale pour l'accusation la plus lourde dans les affaires impliquant plusieurs condamnations - soit deux ans.

Kazemi a été arrêté le 6 novembre 2018, après une descente des forces de sécurité à son domicile et la confiscation d'ordinateurs portables et d'autres matériels.

Il a été libéré sous caution cinq jours plus tard, mais n'a pas pu reprendre son travail.

Il s'est présenté devant un tribunal des Gardiens de la révolution de Téhéran le 22 mai pour être jugé pour propagande contre l'État.

Lors de l'audience, le juge a prononcé de nouvelles accusations contre Kazemi, y compris des mesures contre la sécurité nationale et la collusion contre la sécurité nationale, selon son avocat.

L'année dernière, Kazemi avait écrit sur Twitter au sujet de la corruption financière au ministère iranien de l'Industrie et avait posé des questions au président Hassan Rouhani et à d'autres fonctionnaires sur le meurtre d'intellectuels et de militants politiques iraniens par des agents du ministère à la fin des années 1990.

Ces dernières années, les autorités ont emprisonné plusieurs journalistes pour des raisons de " sécurité nationale ".