Pin It

commandant pasdarans iranCSDHI - Le commandant des pasdarans (IRGC), Hossein Salami, a nommé le général de brigade Gholamhossein Gheybparvar, adjoint au quartier général de la Sécurité centrale, le 7 septembre, afin de renforcer les mesures de sécurité contre d'éventuelles manifestations.

Dans ses nouvelles fonctions, Gheybparvar sera le commandant du quartier général de la sécurité centrale de l'Imam Ali, une unité chargée en 2011 de faire face aux manifestations et aux émeutes publiques. Le siège a été créé à la suite des troubles en Iran après les élections présidentielles controversées de 2009, contestées par l'opposition et des millions de personnes qui ont considéré que les élections avaient été truquées en vue de réélire le président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad pour un second mandat.

L'analyste iranien de Radio Farda, Morad Veisi, dans cette analyse publiée sur le site web persan de Radio Farda, explique la nature du quartier général de la sécurité centrale de l'Imam Ali et le sens de cette nomination.

Leçons de répression des troubles de 2009

Le quartier général de la sécurité centrale de l'Imam Ali est l'aboutissement des expériences expérimentales et infructueuses de la République islamique visant à supprimer les troubles urbains généralisés des manifestations de 2009.

batallion motocyclette répression iran

La tactique employée par les pasdarans pour lutter contre le soulèvement consistait à déployer des motards en groupes de 50 contre des manifestants. La méthode a pris en compte circulation constamment bloquée de Téhéran. Les unités étaient plus rapides que les voitures de police et les véhicules anti-émeute. De plus, lorsque les motos arrivaient avec des motards masqués sur la banquette arrière, tenant des matraques et tout le bruit que ces motos faisaient, cela semait le chaos et intimidait les manifestants.

La répression des troubles de 2009 a pris plus d'un an. Dans l'intervalle, les unités motocyclistes ont réussi leur test et ont été promues en termes de nombre, d'équipement et d'organisation officielle sous la forme de bataillons formés en 2011. Parallèlement, des unités plus petites de la milice Basij et d'autres motocyclistes ont également fusionnaient avec ces bataillons.

À l'époque, le commandant de l'IRGC, Mohammad Ali Ja'afari, avait expliqué que la mission de ces unités était « de faire face aux sédition », le jargon officiel désignant les manifestations anti-régime.

Auparavant, les autorités dépendaient de la mobilisation des forces Basij à travers le réseau des mosquées. Les membres de la force paramilitaire se précipitaient sur les lieux de la manifestation par tous les moyens, y compris des fourgonnettes et des motos, en utilisant toutes les armes qu'ils pouvaient trouver pour disperser les manifestants.

Pourquoi des bataillons ?

La nouvelle organisation basée sur les bataillons Imam Ali permet aux unités d’agir de manière indépendante dans leurs paysages urbains. Ils peuvent déconnecter les communications et perturber la circulation lorsque les manifestations sont sérieuses et agir sans avoir à demander la permission à de hauts responsables. Ils peuvent décider localement et agir localement sur leur territoire.

Selon Jafari, quelques 31 000 soldats ont été organisés en 100 bataillons dans différentes régions de l’Iran. Les chiffres remontent à au moins quatre ans, ils ont peut-être changé depuis.

Les bataillons font partie de l'organisation de combat du Basij qui opère sous le commandement des forces terrestres des pasdarans. Ils sont différents de la police et des forces spéciales de l’IRGC (les pasdarans) et ne commencent leurs opérations que lorsque la police et d’autres unités anti-émeutes ne parviennent pas à affronter efficacement les manifestants.

La nouvelle organisation marque l'inefficacité de la police iranienne dans le traitement des manifestations de 2009 et les vingt années d'expérience des pasdarans dans le traitement de toutes les formes de manifestations allant des troubles de 1999 aux manifestations de 2009 et aux émeutes généralisées de fin 2017 et début 2018.

Les unités ont effectué de nombreux simulations et exercices pour assurer leur préparation. Dans le même temps, l’obsession de la répression des manifestations marque la préoccupation croissante du gouvernement face à la montée de la dissidence et aux troubles éventuels.

L'homme qui réprime les émeutes

Gholamhossein Gheibparvar est un officier expérimenté de l'IRGC (les pasdarans). Il a participé à la guerre contre l'Irak dans les années 1980 en tant qu'officier subalterne. Après la guerre, il a commandé la 19e division de l’IRGC pendant 3 ans, puis de la division de Fajr dans la province de Fars pendant 8 ans.

En servant dans la province de Fars, Gheibparvar a acquis la réputation d’être un commandant radical. Il s'est fermement opposé aux types d'événements culturels occidentaux, tels que les concerts et sa critique de l'ancien président pragmatique Akbar Hashemi Rafsanjani l'a rendu populaire parmi les partisans acharnés de l'Ayatollah Ali Khamenei. Il est devenu particulièrement célèbre quand il a été révélé qu’il avait orchestré une attaque avec des agents en civil sur le véhément législateur Ali Motahari lors d’une visite à Chiraz en 2014.Motahari l'a amené au tribunal, mais l'affaire n'a pas été aussi concluante qu'on peut s'y attendre.

Peu de temps après, il fut promu grâce à l'appréciation de Khamenei pour ses « services » et devint le commandant de la milice Basij. C’était un poste important au sein de l’IRGC.

Gheibparavar est particulièrement connu pour ses positions radicales sur la politique intérieure et la politique étrangère. Dans bien des cas, il s’agissait d’attaques verbales directes et indirectes contre des fonctionnaires de l’administration Rouhani.

Après 3 ans (2016-2019) en tant que commandant du Basij, il a été démis de ses fonctions et n'a pas été nommé à un poste supérieur, ce qui indique que Khamenei n'était pas satisfait de sa performance. Sa nouvelle nomination a été annoncée par le commandant de l'IRGC, Hossein Salami.

Dans ses nouvelles fonctions, il est chargé d'étendre le modèle du quartier général de la sécurité centrale de l'Imam Ali de Téhéran à d'autres régions du pays et de superviser la mise en place d'unités de motocyclettes dans toutes les villes iraniennes afin de réprimer toute manifestation urbaine éventuelle.

Gheibparavar est maintenant le commandant de l’une des forces anti-émeutes les plus modernes et les plus rapides d’Iran, afin de répondre aux préoccupations du régime face à de possibles émeutes en milieu urbain. L’ayatollah Khamenei, dont l’intérêt pour la gestion des affaires du pays à l’aide de structures militaires est bien connu, a donné le contrôle d’un de ses quartiers généraux de sécurité les plus sensibles à l’un de ses commandants radicaux les plus politisés.

Source ; Radio Farda