Pin It

hezbollah iranCSDHI - Mardi 10 septembre, le chef du groupe terroriste Hezbollah, Hassan Nasrallah, a réitéré dans un message vidéo à ses partisans son allégeance au régime iranien.

Appelant le Guide suprême iranien, Ali Khamenei, le chef du soi-disant « axe de la résistance », Nasrallah a déclaré : Nous déclarons au monde entier que Khamenei est à la tête de l'axe de la résistance et que la république islamique est le cœur et l’essence de la résistance », le régime iranien et ses groupes terroristes par procuration s’appellent la résistance.

Dans une interview accordée à Fareed Zakaria GPS de CNN le 7 septembre, James Mattis, ancien secrétaire à la Défense des États-Unis, a souligné la menace mondiale et le terrorisme du régime iranien et accusé l’Iran d’avoir assassiné l’ancien Premier Ministre libanais Rafiq Hariri.

« C’est un pays qui utilise le terrorisme ; ils ont tué l'ancien Premier Ministre du Liban, ils ont utilisé le terrorisme pour tenter de semer la discorde à Bahreïn. Ils ont utilisé le terrorisme dans toute la région et au Yémen », a déclaré Mattis.

Terrorisme contre ses opposants politiques

En plus de son oppression nationale et de son terrorisme régional, le régime iranien a eu recours au terrorisme pour éliminer ses dissidents à l'étranger, principalement les membres et partisans du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI, MEK).

Le régime iranien a non seulement opprimé ses opposants à l’intérieur de l’Iran, mais a également organisé des dizaines de complots terroristes à l’étranger, en particulier en Europe. L'exemple le plus récent est celui d'un attentat à la bombe raté à Paris, en France, en 2018, contre le rassemblement annuel « Iran libre » du CNRI. L'attaque a été planifiée par les diplomates du régime en Europe. Les autorités européennes ont découvert et contrecarré le complot à la bombe et arrêté un diplomate iranien, Assadollah Assadi, en lien avec cette tentative. Assadi attend actuellement son procès en Belgique.

Les ambassades du régime en Europe se sont révélées être des centres de terrorisme et d’espionnage et elles ont joué un rôle clé dans les assassinats de l’Iran.

Les autres attaques terroristes menées par le régime iranien à l'étranger contre les membres de l'OMPI et du CNRI sont notamment les suivantes :

L'enlèvement et la mutilation d'Ali Akbar Ghorbani, membre de l'OMPI, le 4 juin 1992, en Turquie
L'assassinat de chefs de l'opposition kurde à Berlin, en Allemagne, en 1992
L'assassinat de Mohammad Hossein Naghdi, membre du CNRI, à Rome, en Italie, en 1993
L'assassinat de Zahra Rajabi, membre du CNRI, à Istanbul, en Turquie, en 1996

Après avoir examiné l’histoire du terrorisme du régime iranien, il apparaît clairement que, à moins d’être fermement confronté, ce régime poursuivra ses activités terroristes, car c’est l’un des facteurs clés de sa survie.

Source : INU