Pin It

mark jolie instagram australiens arrestattion iranCSDHI - Les deux Australiens détenus en Iran, qui s’appellent Mark Firkin et Jolie King, sont des blogueurs de voyages qui ont été arrêtés en juillet lors de leur voyage en Asie, selon les dernières informations obtenues.

Un couple australien emprisonné en Iran a été identifié, jeudi, comme un couple de blogueurs de voyages, arrêtés alors qu'ils effectuaient un voyage par voie terrestre depuis leur pays d'origine vers la Grande-Bretagne.

Jolie King et Mark Firkin, habitant à Perth, documentaient leur voyage sur les médias sociaux depuis deux ans, mais ils se sont soudainement tus, après avoir publié des mises à jour du Kirghizistan et du Pakistan, il y a environ 10 semaines. 

« Nos familles espèrent voir Mark et Jolie rentrer à la maison en toute sécurité le plus tôt possible », a déclaré un communiqué publié au nom de leurs proches.

Avant de partir, le couple avait écrit sur leur blog : « Nous avons hâte de partager toutes nos expériences et la beauté de toutes les destinations et des pays que nous visiterons. »

Il existe des rapports contradictoires sur la raison exacte de leur arrestation. Un groupe iranien de défense des droits humains a déclaré que le couple avait campé près d'une base militaire. Le site d'informations de Perthnow.com indique qu'ils auraient peut-être tenté de piloter un drone.

Mais l’Iran a un lourd passif d'arrestations d'étrangers et de binationaux sur son territoire, qui pourraient servir de monnaie d'échange avec les gouvernements occidentaux. Actuellement, plusieurs binationaux, occidentaux sont en détention, notamment Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Britannique d'origine iranienne, mère d'un jeune enfant.

Les organisations internationales de défense des droits humains ont, à maintes reprises, critiqué l'Iran pour sa propension à arrêter des citoyens ordinaires se rendant dans le pays et à inventer des accusations ambiguës liées à la sécurité nationale afin de les maintenir en prison.

L’Australie a appelé jeudi Téhéran à traiter les détenus « de manière humaine ».

La ministre des affaires étrangères, Marise Payne, a déclaré qu'elle avait évoqué les cas « à plusieurs reprises » avec son homologue iranien, Javad Zarif, notamment la semaine dernière.

« Le gouvernement a fait des efforts pour que ces personnes soient traitées équitablement, humainement et conformément aux normes internationales », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'il n'y avait « aucune raison » de croire que les arrestations étaient motivées par des considérations politiques.

L’Australie a révélé pour la première fois mercredi que trois de ses citoyens avaient été emprisonnés par les autorités à Téhéran. Le ministère des affaires étrangères australien a confirmé à Radio Farda la détention des trois individus en Iran.

Le Times de Londres a annoncé que la troisième personne était un universitaire britannique et australien qui avait étudié à l'Université de Cambridge et travaillait comme conférencier en Australie lors de son arrestation en Iran, il y a près d'un an.

La nouvelle de ces arrestations est tombée après que l'Australie ait annoncé qu’elle se joindrait à une mission dirigée par les États-Unis pour protéger le transport maritime à travers le détroit d’Hormuz, avec des tensions élevées dans la région du Golfe.

Le Times a également rapporté que King et l'autre femme étaient détenus dans la prison d'Evine à Téhéran et que l'une d'entre elles avait été informée de son placement en détention dans le cadre d'un plan visant à faciliter un échange de prisonniers.

Les relations déjà difficiles entre l'Iran et les Etats-Unis - et leurs alliés - menacent de se dégrader depuis que le président Donald Trump a abandonné en 2018 un accord limitant le programme nucléaire de Téhéran et que l'Iran a repris certaines activités nucléaires interdites.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a annoncé le mois dernier une contribution « modeste » de l'Australie à la mission dirigée par les États-Unis dans le Golfe - comprenant une frégate, un avion de surveillance maritime P8 et du personnel de soutien - qui impliquera également les forces britanniques.

Interrogé sur les Australiens détenus, M. Morrison a déclaré jeudi que le gouvernement « continuerait à suivre ces questions dans l'intérêt des Australiens concernés par ces affaires. »

« Nous le ferons avec soin et nous le ferons en consultation étroite avec nos fonctionnaires qui participent à ce processus depuis un certain temps déjà », a-t-il déclaré à la presse à Canberra.

Le ministère australien des affaires étrangères et du commerce a annoncé qu'il fournissait une assistance consulaire aux trois détenus et a vivement recommandé aux Australiens de ne pas se rendre en Iran.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement australien a mis à jour son conseil de voyage pour l'Iran afin de « reconsidérer votre besoin de voyager » et de « ne pas voyager » dans des zones proches de la frontière entre l'Irak et l'Afghanistan.

Dans l’immédiat, on ignore si l’une ou l’autre des trois personne a déjà été inculpée.

Source : Radio Farda