Pin It

autosuffisance blé iranCSDHI - L’incompétence et la mauvaise gestion du régime iranien n’ont aucune limite. Nous entendons régulièrement parler de la manière dont le régime iranien a provoqué des crises internes. Une des dernières histoires qui nous vient d’Iran concerne son autosuffisance en blé.

Il s'avère que l'Iran n'est pas du tout autonome, contrairement à ce que le président iranien et son gouvernement prétendent depuis des années. Le régime a déclaré à plusieurs reprises que le pays produisait suffisamment de blé pour couvrir sa consommation.

Cependant, des publications officielles montrent que ces affirmations sont complètement inexactes. Et c’est un autre exemple de sa tactique de propagande pour rendre la situation intérieure meilleure qu’elle ne l’est réellement.

On pensait que le ministère de l'agriculture avait interdit l'importation de blé depuis le début de l’année 2016. La seule exception à cette règle serait les importations temporaires conformes à la législation douanière. Pourtant, depuis le début de cette supposée interdiction, des millions de tonnes de blé ont été introduites sur le marché du pays. Les raisons invoquées pour ces importations sont variées, allant de « l’achat garanti » à « l’exportation ».

Des responsables du ministère de l'agriculture ont déclaré qu’il y avait deux à trois millions de tonnes importées chaque année. Le prix est compris entre 2 500 (0.69 €) et 3 000 (0.82€) tomans par kilo. Cela contraste fortement avec le prix du blé iranien – environ 1 700 tomans (0.47 €) par kilo.

Une telle différence de prix met en lumière la corruption du régime. Une fois de plus, les pasdarans (IRGC) profitent d'une situation causée par une mauvaise gestion.

Et encore une fois, c’est l’Iranien ordinaire - dans ce cas, les producteurs de blé indépendants qui n’ont pas d’autre choix que de vendre leurs produits à bas prix à des négociants ou au gouvernement - qui risque de perdre.

Les négociants profitent souvent des cultivateurs de blé et augmentent le poids du produit en y ajoutant du sable et du gravier, ce qui leur permet d’engranger des profits énormes. Il est difficile d’imaginer en quoi cela pourrait avoir un retentissement important sur les commerçants, mais lorsque vous prenez en considération que beaucoup utilisent des milliers de tonnes de sable, les choses deviennent beaucoup plus claires.

L’agence de presse officielle ISNA, a rapporté la situation et a qualifié les acteurs du commerce du blé de « mafia ». Le directeur de la Fédération des associations iraniennes de produits alimentaires, cité par l’agence de presse, aurait déclaré que le ministère de l'agriculture avait été informé du problème à plusieurs reprises, mais qu'il était souvent écarté.

Le directeur a également déclaré que des responsables gouvernementaux étaient impliqués dans ce projet. Les agriculteurs ont également dit qu’ils croyaient que le gouvernement tentait de détruire leur gagne-pain.

Une autre publication a également souligné que la situation du blé est devenue incontrôlable parce que les produits agricoles ne sont plus soumis à des contrôles depuis des années. Il semble qu’une partie importante du budget du pays - environ 4.57 milliards d’Euros - a été dépensée pour les importations de produits agricoles. Loin de l'autosuffisance !

Source : INU