Pin It

FIFA iranCSDHI - La FIFA, l’instance dirigeante internationale du football, a publié samedi une déclaration officielle détaillant les derniers développements et demandes concernant l’accès des femmes aux stades de sport en Iran.

Très peu de temps après la révolution islamique de 1979, les femmes n’ont plus eu le droit d’assister aux événements sportifs masculins. Depuis lors, l’autorité nationale iranienne de football a subi diverses pressions de la part de la FIFA et de militantes des droits des femmes, tant à l’intérieur du pays qu’à travers le monde. Mais comme l’a indiqué la déclaration de samedi, cela n’a eu que peu d’effet jusqu’à présent, à quelques exceptions près, où un nombre limité de billets féminins ont été vendus, ce qui a permis d’avoir accès à une section spéciale réservée aux femmes lors de matches internationaux. Même à cette époque, la présence féminine était généralement limitée aux visiteurs de pays étrangers et aux épouses de joueurs iraniens.

Néanmoins, les autorités iraniennes ont cherché à présenter ce compromis très limité comme une réponse aux exigences de la FIFA. Plus spécifiquement, les autorités ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que les négociations avec la FIFA avaient permis de s’entendre sur le fait que les femmes seraient toujours exclues des matchs entre les clubs de football iraniens.

Pourtant, la dernière déclaration de l'organe international a clairement montré que ce n'était pas le cas. Bien qu'il ait réitéré la demande antérieure du président de la FIFA, Gianni Infantino, voulant que la présence féminine soit garantie dès le premier match de qualification de l'équipe nationale iranienne pour la Coupe du monde 2022, il a également précisé en termes non équivoques que les femmes doivent pouvoir accéder sans entrave à tous les matches, après cette période. La déclaration ajoute que la vente de billets aux femmes ne devrait pas être soumise à des quotas. Dans le passé, les places réservées aux femmes étaient limitées à environ 5 % de la capacité totale du stade.

Cela n’a pas changé avec la dernière déclaration, bien que la force comparable de cette déclaration pourrait inspirer de l’optimisme quant à la possibilité de mesures plus sérieuses si la date limite fixée pour l’accès des femmes passe inaperçue.

Mais l'Iran devait déjà se préparer à renverser l'interdiction et on ignore s'il a répondu à un ultimatum préalable de la FIFA. En juin, Infantino a publié une déclaration accordant aux Iraniens moins d'un mois pour montrer des progrès tangibles dans la garantie de l'égalité d'accès des femmes et des hommes. Aucune modification apparente n’a été apportée à la suite de cette déclaration et, en fait, des documents ont été publiés à cette époque, qui laissaient entendre que le régime clérical allait en fait intensifier son application.

La persistance et la sévérité de cette application de la loi ont été clairement mises en évidence plus tôt ce mois-ci, lorsqu'une supportrice de football nommée Sahar Khodayari est décédée après s'être immolée par le feu devant un tribunal iranien. La jeune femme âgée de 29 ans, dont les autorités et les procureurs ont ignoré les antécédents de trouble bipolaire, s’est suicidée après avoir appris qu'elle pouvait purger une peine de six mois à deux ans d'emprisonnement pour avoir pénétré dans un stade de football, déguisée en homme.

Khodayari, surnommée la « Blue Girl » en raison de la couleur de son équipe favorite et de la robe qu'elle portait au palais de justice, a inspiré une vague de soutien sur les médias sociaux de la part d'activistes des droits des femmes iraniennes et d'une communauté mondiale de gouvernements et de personnalités sportives.

Pour en savoir davantage : https://irannewsupdate.com/news/women/6417-latest-fifa-statement-on-iranian-women-s-stadium-ban-is-assertive-but-still-vague.html

Source : INU