Pin It

Negar Ghodskani iranCSDHI - Le 24 septembre, un juge américain a condamné une ressortissante iranienne, précédemment arrêtée en Australie, pour conspiration visant à faciliter l'exportation illégale de technologie en Iran.

Le procureur général adjoint à la Sécurité nationale, John C. Demers, et la procureure des États-Unis, Erica H. MacDonald du district de Minnesota, ont annoncé la condamnation de Negar Ghodskani, 40 ans, à 27 mois de prison pour avoir participé à un complot visant à faciliter l’exportation illégale de technologies contrôlées des États-Unis vers l’Iran.

Le chemin vers la prison de Ghodskani a commencé en Iran en 2008 lorsqu'elle a été engagée par le fabricant iranien de télécommunications, Fana Moj, dont le principal client était le réseau public de radio et de télévision de la République islamique d’Iran

Basée à Téhéran, Ghodskani a violé les sanctions américaines contre l'Iran en achetant des composants et des produits électroniques américains pour son entreprise de 2008 à 2011. En 2009, Ghodskani s'est installée en Malaisie et s'est faussement présentée comme une employée chez Green Wave, tout en exploitant une société écran pour Fanavar Moj Khavar (Fana Moj), société iranienne spécialisée dans les communications de radiodiffusion, les communications par faisceau hertzien ainsi que dans la production d’équipements de radiodiffusion vidéo numérique, a continué à contrecarrer les sanctions internationales illégales en se procurant des articles sensibles nécessaires à son employeur.

Fana Moj fournit des systèmes numériques à faisceau hertzien et un accès haut débit sans fil en Iran. Le principal client de Fana Moj était la télévision officielle de la République islamique d’Iran (IRIB), propriété du gouvernement iranien.

Le Département du Trésor des États-Unis a désigné la Radiodiffusion de la République islamique d’Iran (IRIB ou télévision nationale) et Fana Moj comme des Nationaux Spécifiquement désignés pour fournir un soutien financier, matériel, technologique ou autre, ou des biens ou des services à IRIB.

Ghodskani a présenté une demande de visa de travailleuse qualifiée en Australie avec succès en 2012, a quitté son emploi en Malaisie et a déménagé à Adélaïde avec son mari, l'ancien journaliste sportif iranien Ali Lotfisetan.

Source : Iran Focus