Pin It

lordegan manifestation iranCSDHI - Des informations de Lordegan, de la province de Chaharmaha-et-Bakhtiari, située dans le sud de l'Iran, indiquent que la ville a été soumise à une loi martiale non officielle dimanche à la suite d'une importante répression du régime iranien contre les récentes manifestations.

Il y a maintenant des chars de combat aux entrées et sorties de la ville et de nombreuses patrouilles à travers la ville. Le régime a également provoqué une panne du réseau Internet à Lordegan pour empêcher la nouvelle de la manifestation de se répandre.

L'OMPI a rapporté : « Les habitants de Lordegan, dans le sud de l'Iran, attaquent le convoi du gouverneur de Chaharmahal-et-Bakhtiary et un haut responsable des pasdarans ».

Le régime a dépêché quelques responsables, dont le gouverneur de la province de Chaharmahal & Bakhtiari, ainsi que de nombreux responsables de la santé à Chenar Mahmoudi, village situé près de Lordegan, et des habitants, toujours en colère après les manifestations de samedi, ont attaqué le convoi avec des briques et des pierres.

Les gens du cru disent que c’est un signe de l’inquiétude des responsables à l’égard du profond ressentiment des habitants à l’égard des mollahs.

Lors de la manifestation de samedi, une femme courageuse a crié sur les forces de sécurité oppressives du régime pour leur demander pourquoi elles « ne manifestent aucune sympathie pour les Iraniens » et ont forcé les forces à se replier. La foule s’est alors jointe à elle pour crier : « Les Bakhtiaris préfèreraient mourir que de vivre dans la honte ».

La manifestation a commencé après une épidémie de VIH qui a touché près de 300 personnes, y compris des enfants, qui, selon les habitants, a été provoquée par les autorités sanitaires du régime, qui utilisaient des seringues usagées pour tester le diabète. Cette catastrophe sanitaire s’est ensuite transformée en une manifestation contre le régime, avec le soutien de la dirigeante de l'opposition iranienne, Maryam Radjavi.

Elle a déclaré : « En scandant la mort du dictateur et en attaquant le bureau du représentant du Guide suprême du régime iranien Ali Khamenei, ils ont ciblé le régime clérical comme étant la cause principale de toutes les atrocités perpétrées contre le peuple iranien. Ce régime corrompu et criminel a dilapidé les richesses nationales de l’Iran en poursuivant des projets nucléaires et antimissiles et en menant des attentats à l’étranger, qui ont détruit tous les aspects de la vie du peuple iranien, y compris la santé et le bien-être. »

Elle a exhorté les jeunes Iraniens à soutenir les manifestants.

Ali Mohammad Akbari, commandant des pasdarans dans la province de Chaharmahal-et-Bakhtiary, a accusé le groupe de résistance iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) d'être responsable des manifestations, affirmant que ces « anti-révolutionnaires » étaient venus pour « créer des troubles dans le pays », au nom des habitants de Chenar Mahmoudi ».

Des milliers de personnes à Lordegan ont soutenu le rassemblement samedi, mais elles ont été renforcées jusqu'à Jolfa, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental, dans le nord-ouest de l'Iran, où les employés de la société locale des gazoducs se sont rassemblés en signe de solidarité avec Lordegan et ont mis en place une affiche qui disait « Chenar de Lordegan n’est pas seul ».

Source : INU