Pin It

éducation misérable iranCSDHI - Selon les experts économiques, les conséquences destructrices et dévastatrices des profondes divisions d’ordre social en Iran ont placé plus de 90 % des personnes démunies sous le seuil de pauvreté et elles n'ont aucune chance de bénéficier d'une situation équitable en matière d'éducation.

Le quotidien officiel Arman a dépeint, le 2 octobre, la politique de pillage de la mafia de l'éducation comme suit :

« On peut facilement voir que les écoles ont été transformées en institutions financières commerciales dont la principale préoccupation est de faire des profits et de considérer l'élève comme un client fortuné, divisant la société en deux blocs, un système de discrimination sociale et une institutionnalisation du conflit de classe dans la société. »

Dans un autre exemple, l'agence de presse officielle IRNA a publié le 15 septembre 2019 un rapport intitulé « Le cercle financier des écoles à but non lucratif ». Il révélait la corruption des écoles et du système éducatif iranien. Actuellement, dans les écoles primaires de Téhéran, les frais de scolarité minimaux sont au minimum de 32 millions de rials (876 euros) et le maximum de 94,27 millions de rials(2 582 euros), et le coût moyen des élèves des écoles secondaires de premier cycle est d’au moins de 55,46 millions de rials (1 519 euros), et le maximum de 115,41 millions de rials (2452 euros), et le coût des lycéens est de 59,36 millions de rials (1261 euros) et au maximum de 146,21 millions de rials (3102 euros)

Selon l’article 30 de la Constitution iranienne, l’enseignement devrait être gratuit aux niveaux primaire et secondaire, mais à présent, selon les médias gouvernementaux, 24 types d’écoles à but non lucratif sont fondées et sont dirigées par des responsables officiels alors qu’ils pillent tous les parents d’élèves.

Plus catastrophique est la confession des médias d’État de l’Iran : « Aujourd'hui, 11 % des 14 millions d'élèves étudient dans des écoles non publiques, mais le sixième plan de développement de la loi stipule que cette proportion doit être ramenée à 15 %. »

Avec la majorité des personnes vivant sous le seuil de pauvreté et privées de moyens de subsistance de base, le gouvernement iranien cherche à réduire le nombre d'écoles dites publiques, et à céder le système éducatif du pays au secteur privé en augmentant le nombre d'écoles à but non lucratif.

Le site officiel du gouvernement « Farikhtegan », le 25 septembre 2017, a avoué le manque de transparence financière dans toutes les écoles à but non lucratif : une simple requête permet de découvrir que ces institutions enfreignent toutes les règles financières, et pourquoi n’y a-t-il pas d’inspection au sujet de la violation financière de ces institutions ?

L'une des principales raisons est que ces écoles sont principalement gérées par des responsables du régime.

Les aveux de l’agence de presse officielle ISNA permettent de mieux comprendre la catastrophe qui blesse vraiment tous les Iraniens : les écoles à but non lucratif sont divisées en premier, deuxième et troisième niveau, en fonction des services qu’elles fournissent et en conséquence le taux des frais de scolarité diffère.

Compte tenu de l’écart de scolarisation par habitant dans le pays qui est confronté à une pénurie de 70 %, des millions d'enfants et d'adolescents iraniens vivant dans des zones défavorisées doivent parcourir de longues distances pour se rendre à l'école. Pourtant, les enfants des autorités ont les meilleures chances scolaires, universitaires et éducatives.

L'augmentation des frais de scolarité alors que la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté absolue et que les salaires mensuels de la main-d'œuvre ne sont que de 15 millions de rials (318 euros) et que les salaires mensuels des employés du gouvernement sont, au mieux, inférieurs à 30 millions de rials (637 euros), aggrave la situation. Il s'avère que les ouvriers et les travailleurs pauvres, même s'ils consacrent tout leur salaire mensuel à l'éducation de leurs enfants, ne peuvent toujours pas inscrire l'un de leurs enfants dans de telles écoles.

Vente d'ameublement pour couvrir les frais d’études :

La situation est si catastrophique que l’agence de presse officielle, Tasnim, a avouéé que plus de 9 % des familles iraniennes devaient vendre leurs biens pour faire instruire leurs enfants parce qu’elles n’ont pas les moyens de le faire avec leur revenu normal.

Un bref aperçu des confessions des médias du régime au début de la nouvelle année scolaire révèle bien la structure dévastée de l'éducation en Iran :

- 8 août, Government Policy Journal : « L’inégalité des dépenses en éducation entre les familles les plus riches et les plus pauvres est d’environ 1 sur 53, ce qui signifie que les riches ont dépensé 53 fois plus que les pauvres pour l’éducation de leurs enfants. » Le pire est que les étudiants choisis pour l'université appartiennent aux écoles spéciales et aux riches, de sorte que les enfants des pauvres n'ont aucune chance de faire des études supérieures.

- Aftab Journal, 23 septembre : « Un grand nombre de nos élèves étudient toujours sous des tentes et, bien entendu, le taux de violence dans nos écoles est très élevé. C’est un gros problème. Bien que les gouvernements changent, ces problèmes persistent. »

La plupart des classes sont surchargées d'élèves, et dans certaines écoles, il y a plus de 60 élèves dans une classe, écrit le média officiel, Resalat.

Source : INU