Pin It

Nahid Khodaju militante syndicale iranCSDHI - Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné la militante syndicale Nahid Khodaju à six ans de prison et 74 coups de fouet.

Nahid Khodaju a été arrêtée lors d'une réunion à l’occasion de la fête du travail devant le parlement du régime à Téhéran, aux côtés de dizaines d'autres manifestants.

La membre du conseil d’administration du Syndicat des travailleurs et travailleuses libres a été libérée sous caution le 3 juin.

La 26ème chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné Nahid Khodaju à cinq ans de prison pour « rassemblement et collusion contre la sécurité du pays » et à un an de prison pour « perturbation de l'ordre public et de la paix ».

Le régime iranien a de plus en plus recours à des condamnations cruelles et inhumaines, ainsi qu’à de lourdes peines de prison pour empêcher la propagation des manifestations en Iran.

Plus de 91 manifestants ont été condamnés à la flagellation en Iran, selon les informations recueillies par Iran News Wire en septembre 2019.

Cela comprend la peine de sept ans de prison et la peine de 74 coups de fouet pour Parisa Rafiei, une activiste étudiante âgée de 21 ans. Elle a également été condamnée à une interdiction de voyager de deux ans et à une interdiction d'appartenance à un groupe politique.

En août, le régime a condamné 21 activistes et manifestants à des coups de fouet et à une peine de prison. Beaucoup d'entre eux ont été poursuivis pour avoir participé à la manifestation du 1er mai de la fête du travail.

Selon des informations recueillies par Iran News Wire, la militante syndicale Atefeh Rangiz a été condamnée à onze ans et demi de prison, en plus de 74 coups de fouet le 31 août. Elle a été arrêtée lors de la manifestation de la fête du travail à Téhéran.

Rasoul Taleb Moghadam, chauffeur de bus et membre du Syndicat des travailleurs de la Compagnie de bus de Téhéran et sa banlieue, également arrêté lors de la manifestation du travail, a été condamné à 74 coups de fouet, deux ans de prison, deux ans d'exil et une interdiction d’utiliser des smartphones pendant deux ans.

La journaliste Marzieh Amiri, arrêtée lors de la manifestation de la fête du travail, a été condamnée à 10 ans et six mois d'emprisonnement et à 148 coups de fouet le 13 août.

L'activiste travailliste Azarm Khezri (Nasrin Javadi) a été condamnée à sept ans de prison et à 74 coups de fouet pour avoir participé à la manifestation de la fête du travail.

Le militant syndical Farhad Sheikhi a également été condamné à quatre mois de prison et à 5 coups de fouet pour avoir participé à la manifestation de la fête du travail. Sa peine est suspendue pendant deux ans.

Source : Iran News Wire