Pin It

enrichissement uranium iranCSDHI - Les autorités iraniennes ont arrêté une inspectrice nucléaire de l'ONU et a saisi ses documents de voyage, selon des diplomates proches de l'agence des Nations Unies mercredi, dont certains ont qualifié l'incident de harcèlement.

C'est apparemment la première fois que cela se produit depuis la signature de l'accord sur le nucléaire de 2015 entre l'Iran et les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun (JCPOA), qui lève les sanctions contre l’Iran en échange de restrictions à ses activités nucléaires.

L’Iran a déclaré qu’il avait empêché une inspectrice d’accéder à son site de Natanz, qui constitue le pivot de son programme d’enrichissement d’uranium, la semaine dernière, craignant l’implication de « matériel suspect ».

Cette affaire, qui survient alors que de fortes tensions existent entre l'Iran et l'Occident en raison des violations du JCPOA par l'Iran, sera rapportée lors d'une réunion d'urgence du conseil des gouverneurs de 35 pays de l'AIEA aujourd'hui et un responsable occidental a déclaré que l'agence voulait montrer qu'ils prennent cela au sérieux.

Un diplomate européen a déclaré : « On craint réellement que cela ne nuise à la manière dont (l'AIEA) procédera à leurs inspections à l'avenir. »

L’accord permet aux 130 à 150 inspecteurs de l’AIEA d’obtenir « un accès régulier aux sites nucléaires iraniens, y compris l’accès quotidien, comme le demande l’AIEA, aux bâtiments concernés à Natanz ».

De plus, lors de la réunion, la coopération de l’Iran avec l’AIEA sera abordée, en particulier en ce qui concerne les traces d’uranium découvertes à Turqazabad, un site secret situé à Téhéran, qui aurait été un centre de nettoyage de tapis et que certains gouvernements ont appelé un « entrepôt atomique secret ». Cela s’est produit deux mois après que les échantillons positifs aient été signalés par Reuters.

L’AIEA a déclaré aux États membres que les explications de l’Iran n’avaient aucun sens, et son chef par intérim a demandé à l’Iran, en septembre, de répondre rapidement à ses questions.

L'Iran est allé encore plus loin mercredi, annonçant qu'il allait enrichir de l'uranium à Fordow, un site nucléaire construit dans une montagne, alors même que l'enrichissement a été interdit là-bas.

C’est la quatrième violation de ce type, cette année, jusqu’à présent, par le gouvernement iranien. Il a déjà augmenté son stock d'uranium enrichi de plus de 300 kg, sa pureté d'uranium est supérieure à 3,67 % et il a commencé à utiliser des centrifugeuses avancées pour l'enrichissement plutôt que pour la recherche.

L’Union européenne a averti l’Iran que son soutien à l’accord nucléaire dépend de la conformité de l’Iran. La représentante du chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a exhorté l’Iran « à annuler sans tarder ces mesures et à s’abstenir de toute autre mesure qui saperait l’accord nucléaire ».

Source : Iran Focus