Pin It

manifestations iranCSDHI - Les manifestations, les grèves et les protestations contre le régime se poursuivent dans tout le pays alors que la crise sociale se poursuit.

En octobre, plus de 200 manifestations antigouvernementales auraient eu lieu dans 59 villes de 24 provinces.

Les enseignants à travers le pays ont manifesté contre les salaires impayés et ont exprimé leur opposition aux changements de leur statut professionnel. La Journée mondiale des enseignants du 5 octobre a également attiré dans la rue des enseignants et des éducateurs à la retraite. Nombre d'entre eux se sont rassemblés devant le ministère de l'éducation pour protester contre les conditions de travail déplorables.

Des prisonniers en Iran se sont également fait entendre en faisant une grève de la faim. La Résistance iranienne indique qu’il y a eu au moins six prisonniers politiques dans six prisons différentes qui ont participé à une grève de la faim. Les raisons en sont diverses, allant de terribles conditions de détention au déni de soins médicaux essentiels.

Les travailleurs de tout le pays ont également pris part à plus de 103 manifestations en octobre. Les travailleurs de la ville occidentale d'Arak étaient nombreux à descendre dans la rue et un groupe important d'employés d'AzarAb Industries ont protesté contre les pratiques de privatisation qui ont ruiné leurs activités. Ces travailleurs réclamaient également le paiement de plusieurs mois de salaires non payés.

Les forces de sécurité ont attaqué les employés d'AzarAb qui manifestaient pacifiquement. Des dizaines de personnes ont été arrêtées et beaucoup ont été blessées. Des images des manifestants couverts de sang circulent sur les médias sociaux.

Des grèves ont eu lieu à l'usine de canne à sucre, Haft Tappeh, dans le sud-ouest de l'Iran. Ils réclamaient également la fin des pratiques de privatisation et demandaient que leurs collègues licenciés soient réintégrés.

Dans la capitale iranienne, des commerçants et des marchands de bazar ont manifesté. Beaucoup sont actionnaires du marché boursier de base du pays et ils ont exprimé leur opposition aux nouvelles directives qui leur ont causé de lourdes pertes. Les distributeurs de téléphones mobiles de Téhéran ont également pris part aux manifestations pour se plaindre de la monopolisation du marché par le régime.

L'un des événements les plus marquants d'octobre a été la manifestation à Lordegan. Des centaines de locaux sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère quand des informations ont indiqué qu’environ 500 villageois, dont plusieurs enfants, avaient été contaminés par le VIH en raison de la négligence de la clinique. Les villageois étaient soumis à des tests de diabète et se sont retrouvés atteints d’une maladie qui a changé leur vie.

La police antiémeute et les forces répressives ont été envoyées dans la région et des affrontements ont eu lieu presque immédiatement. Les manifestants étaient fâchés par la réaction et ont mis le feu à plusieurs bâtiments. De nombreux habitants de Lordegan ont été arrêtés au cours des manifestations qui ont duré plusieurs jours. Les habitants d'Ispahan ont également manifesté leur soutien au peuple de Lordegan.

Et, comme toujours, les étudiants et les jeunes iraniens ont montré leur résistance. Les étudiants se sont rassemblés pour protester contre les frais de scolarité élevés auxquels ils sont confrontés, entraînant de plus en plus d'abandons du système éducatif. D'autres étudiants se sont rassemblés pour protester contre les inégalités et la ségrégation sexuelle. Des étudiants de l’Université de Téhéran ont appelé le régime à cesser de poursuivre les militants et protesté contre la pratique du régime consistant à interdire aux étudiants activistes de continuer à travailler dans le système éducatif.

Source : INU