Pin It

suicides iranCSDHI - Une sociologue iranienne a déclaré que les autorités iraniennes préféraient en pas divulguer le taux élevé de suicides parmi les habitants de la province occidentale d’Ilam.

Salar Kasraie a déclaré que les femmes de la province se suicidaient avec des pilules et du poison au lieu de s'immoler, lors d'une réunion avec des femmes à Ilam.

Ses propos ont été repris par l’agence de presse gouvernementale ILNA.

« Malheureusement, les autorités compétentes n’ont pas annoncé le taux de suicide à Ilam. C’est un problème que j’ai eu lors de mes recherches sur les suicides parmi la population d’Ilam», a-t-elle déclaré lors de la réunion.

« Malgré mes efforts, je n’ai pas pu obtenir de statistiques de l’Université des sciences médicales ou du bureau du coroner de la province », a-t-elle ajouté.

Elle a déclaré que la province occidentale d'Ilam, la province sud-ouest de Kohgiluyeh-et-Boyer-Ahmad, les provinces occidentales de Kermanshah et du Lorestan avaient les taux de suicide les plus élevés du pays.

« Ces provinces partagent de nombreuses similitudes en termes de culture, de société, d'histoire et d'économie", a ajouté la sociologue.

Salar Kasraie a déclaré que c’est à Ilam en Iran qu’il y avait eu le plus de suicides en 2016.

« En recherchant dans les dossiers médicaux (nous avons constaté) que 6 % des habitants d’Ilam se suicident avec des produits chimiques, y compris des pilules, des médicaments, des détergents, de l’alcool, etc. Les taux d'auto-immolation ont presque diminué chez les habitants de la province, mais malheureusement, la plupart des personnes qui se sont suicidées au moyen d'autres méthodes ont été blessées », a-t-elle ajouté, ajoutant que 43 % des décès dus au suicide résultaient d'auto-immolations.

Kasraie a déclaré que la plupart des suicides à Ilam concernaient des analphabètes et que les suicides ayant entraîné la mort étaient principalement commis par des chômeurs et des femmes au foyer.

La sociologue iranienne a déclaré que la cause du suicide des femmes dans la province n’avait pas été suffisamment étudiée.

Elle a déclaré que la plupart des suicides concernaient des chômeurs mais que la raison des suicides de 49 % des personnes n’était pas inscrite dans leurs dossiers.

« Peut-être que les suicides à Ilam ne sont pas suffisamment importants pour que les autorités expliquent la raison des suicides dans leurs dossiers. »

« La question est de savoir pourquoi les centres de santé ne demandent pas et ne n’expliquent pas la raison des suicides afin que les experts puissent ensuite utiliser ces informations pour trouver une solution aux problèmes de la province d'Ilam », a ajouté Kasraie.

Les sociologues ont déclaré que les statistiques montraient qu'entre 1982 et 2005, le taux de suicide en Iran avait quadruplé, tandis que le nombre de suicides chez les femmes avait doublé.

« En 2017, l’Organisation de la médecine légale a annoncé le nombre de suicides pour cette année mais l'a immédiatement retiré de son site Web », a ajouté Kasraie.

« Nous avons pu copier les statistiques à d’autres endroits. Selon les chiffres, 4 627 personnes se sont suicidées en 2017, dont 3 000 étaient des femmes », a-t-elle ajouté, ajoutant que les chiffres réels étaient bien plus élevés.

En septembre, un responsable iranien chargé du programme de prévention du suicide au ministère de la santé a déclaré que le taux de suicide en Iran avait augmenté, avec environ 100 000 cas au cours de la dernière année perse (du 21 mars 2018 au 21 mars 2019).

Selon le site Web gouvernemental Khabar Online, « les taux de suicide en Iran augmentent de manière étonnante ».

« De 2011 à 2015, les taux de suicide ont augmenté de 66 % chez les femmes et de 71 % chez les hommes », écrit Khabar Online.

« Depuis des années, les médias ne disposent pas de statistiques sur le taux de suicide, car les organisations concernées refusent de les publier », a ajouté le site.

Les provinces occidentales iraniennes connaissent un taux de chômage et de pauvreté très élevé, ce qui expliquerait les taux élevés de suicides dans cette région.

En février, une mère de deux enfants s'est suicidée et ses deux enfants, tandis que deux autres se sont suicidées en raison de l'extrême pauvreté dans l'ouest de l'Iran.

En mai, un membre du parlement iranien représentant les villes de Haris et Ahar, dans le nord-ouest du pays, a déclaré que sept personnes s'étaient suicidées l'année dernière à cause du chômage.

Les hommes habitaient dans un village de Haris, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental.

Il a également été signalé que le 30 septembre, quatre Iraniens s'étaient auto-immolés, tandis qu'un homme avait sauté d'un bâtiment en raison de pressions économiques dans l'ouest et le sud-ouest de l'Iran.

Source : Iran News Wire