Pin It

tortures manifestatnts iranCSDHI - Des manifestants détenus dans la ville de Chiraz, dans le sud-ouest de l'Iran, sont en train d’être torturés pour « avouer » leur contact avec des sources extérieures à l'Iran, a annoncé aujourd'hui un site Web sur les droits humains.

Selon les informations, un grand nombre de manifestants arrêtés à Chiraz ont été temporairement transférés à la prison d'Adel Abad. La prison a atteint sa pleine capacité.

Le nombre exact des manifestants détenus à Chiraz et leur état de santé ne sont pas connus.

Certains détenus ont également été emmenés au centre de détention du ministère du renseignement et dans un centre de détention situé dans la rue Khayam, à Chiraz.

Des agents des services du renseignement torturent des manifestants, selon les informations. Les familles des manifestants emprisonnés n'ont pas reçu de nouvelles de leurs proches.

Les forces de sécurité ont également transféré des manifestants blessés de l'hôpital à la prison et mènent une enquête afin de découvrir l'identité des manifestants soignés dans les hôpitaux de Namazi et de Faqihi en vue de nouvelles arrestations.

Des centaines de manifestants ont été arrêtés à Chiraz, en particulier après le 19 novembre. La ville a été le théâtre d'intenses affrontements et manifestations au cours des derniers jours.

Les informations indiquent qu'un grand nombre de forces de sécurité sont toujours en poste dans certaines zones de la ville.

Les corps des manifestants tués et abattus par les forces de sécurité dans la rue Mollah Sadra n'ont toujours pas été remis à leurs familles. Des familles ont été menacées et ont déclaré qu'elles n'étaient pas autorisées à parler aux médias. On leur a également dit de payer les dommages causés aux immeubles du gouvernement.

Des manifestations de masse ont éclaté en Iran après que le régime ait triplé le prix de l'essence vendredi dernier. Des manifestants en colère ont incendié des centaines de banques, séminaires, bureaux des représentants du guide suprême du régime, ainsi que les bases de l’IRGC et du Bassij.

Les manifestants ont scandé contre le guide suprême du régime et ont appelé à ce que les « mollahs foutent le camp ».

À la suite des manifestations massives, le guide suprême Khamenei a qualifié les manifestants de « voyous » dans un discours télévisé. Au cours des prochains jours, le régime a mobilisé toutes ses forces contre les manifestants, ouvrant le feu sur des rassemblements de plus de 10 personnes dans certaines parties de l'Iran. Plus de 285 manifestants ont été tués et au moins 3 700 ont été blessés, certains avec des blessures mortelles.

Les rapports indiquent qu'au moins 7 000 manifestants ont été arrêtés dans tout l'Iran.

Les autorités iraniennes ont proféré de graves menaces ces derniers jours, notamment contre les responsables de la manifestation, les condamnant à la « peine capitale ».

Source : Iran News Wire