Pin It

manifestants arrêtés protestations iranCSDHI - Trois femmes iraniennes ont été arrêtées à Karaj, près de Téhéran en Iran, pour avoir scandé des slogans contre le régime et contre le Guide suprême, au cours des manifestations nationales, a annoncé aujourd’hui, le 2 novembre 2019, une agence de presse officielle affiliée aux pasdarans (IRGC).

Le chef de la police de la province d'Alborz a déclaré que les femmes avaient été arrêtées à Mohammad Shahr pour « perturbation de l'ordre public ».

« Après l'annonce du rationnement de l'essence, trois personnes à Mohammad Shahr, Karaj, ont coupé le moteur de leur voiture dans la rue pour protester et scandé des slogans contre le régime », a déclaré Abbas Ali Mohammadian à l'agence de presse Tasnim News.

Le chef de la police a déclaré que les femmes incitaient le public à organiser des « rassemblements et illégaux » et étaient à l'origine des premières « séditions » à Mohammad Shahr.

Mohammadian a déclaré que les femmes avaient été identifiées lors de mesures de renseignement « compliquées » et qu'elles avaient été arrêtées lors d'une attaque surprise.

« La loi prend des mesures sévères à l'encontre de ce type de personnes qui entendent perturber l'ordre public », a-t-il déclaré, ajoutant que la police arrêtait avec vigueur tous les « éléments » impliqués dans les manifestations.

L’agence de presse Tasnim a couvert, ces derniers jours, l’arrestation de dizaines de manifestants, qualifiés de « meneurs de la sédition » par les responsables de la sécurité du régime.

Les autorités du régime ont promis une dure réaction contre les manifestants. Un certain nombre de détenus ont été présentés à la télévision publique, tandis que quelques-uns, y compris des mineurs, ont été contraints de « confesser » leurs « crimes » tout en sanglotant pour obtenir le pardon.

Source : Iran News Wire