Pin It

manifestations novembre iranCSDHI - Des manifestants iraniens arrêtés à Karaj et à Téhéran ont subi de graves tortures, notamment le fouet, dans la prison de Rajaï Chahr à Karaj, a déclaré un groupe de défense des droits humains.

Environ 420 manifestants, détenus dans les provinces de Téhéran et d’Alborz, ont été transférés dans la section 8 de la prison de Rajaï Chahr, qui est contrôlée par le ministère du renseignement.

Selon le reportage, les manifestants ont été contraints de se déshabiller et ont ensuite été battus pendant des heures avec des câbles, des fouets et des matraques.

Les manifestants étaient également trempés avec de l'eau la nuit avant d'être brutalement fouettés et battus.

Selon des responsables iraniens, environ 7 000 manifestants auraient été arrêtés après être descendus dans la rue pour protester contre le prix de l'essence qui a triplé. Les arrestations sont toujours en cours.

Il y a déjà eu des informations selons lequelles des manifestants iraniens étaient torturés dans la prison Adel Abad de Chiraz, dans le sud-ouest de l’Iran.

Des groupes de défense des droits humains ont également signalé que des manifestants avaient été torturés dans la célèbre prison Fashafuyeh à Téhéran. Des informations faisant état de viols, de violences sexuelles et de bris d'os commis par des agents du renseignement des pasdarans -IRGC) ont été signalées.

La torture a été systématiquement pratiquée au cours des presque 40 ans de la République islamique d'Iran. C'est l'une des méthodes de survie les plus élémentaires pour le régime iranien.

Les manifestations nationales en Iran ont commencé après que le régime eut triplé le prix de l’essence le 15 novembre. Des manifestants en colère ont incendié des centaines de banques, séminaires, bureaux des représentants du guide suprême du régime, ainsi que des bases de l’IRGC et de Bassij.

Les manifestants iraniens ont scandé des paroles contre le guide suprême et ont appelé les « mollahs à foutre le camp ».

À la suite des manifestations, le guide suprême Khamenei a qualifié les manifestants de « vauriens » dans un discours télévisé. Au cours des prochains jours, le régime a mobilisé toutes ses forces contre les manifestants, ouvrant le feu sur des rassemblements de plus de 10 personnes dans certaines parties de l'Iran.

Source : Iran News Wire