Pin It

mollahs charlatans iranCSDHI - Après la manifestation nationale en novembre, les médias publics iraniens défendent avec sournoiserie le peuple, ses droits civils et son droit de manifester pacifiquement.

En même temps, ils conseillent au gouvernement, tout en reconnaissant le droit à des manifestations civiles comme ils le veulent, d’envisager un endroit précis pour exprimer leurs protestations.

Ce stratagème trompeur est affiché en dépit du soutien explicite du président iranien Hassan Rouhani et de l’ancien président Mohammad Khatami au Guide suprême Ali Khamenei pour avoir tué des gens.

À cet égard, le journal Arman affilié à la faction de Rouhani écrit : « Dans les événements récents, d'une part, la citoyenneté et les droits fondamentaux du peuple de se réunir et de manifester ont été discutés, et en revanche, il est du devoir du gouvernement d'établir l'ordre et en fait de fournir la plate-forme appropriée pour l'exercice de ces droits. »

« Malheureusement, en raison de la négligence de la mission, des problèmes ont surgi parce que ses dimensions internes et externes étaient dramatiques et même au-delà de l’imagination. »

L’article d’Arman affirme que l’absence d’un endroit spécifique pour les manifestations et les protestations, bien sûr, sous une forme idéale pour le régime, était le principal problème, et si ce problème était résolu, il n’y aurait pas de soulèvement.
Les gens devraient exprimer leurs revendications civiles dans un coin calme et confortable de Téhéran et d’autres métropoles, argumentent les médias d’État. Et après quelques heures de protestation et de revendications civiles, ce que le gouvernement accepte, tout se terminerait bien.

Le même journal, dans un autre article de Mohsen Gharvian, a critiqué Rouhani et d'autres chefs de gouvernement pour les raisons pour lesquelles il n'y avait pas de lieu spécifique pour les manifestations civiles du peuple jusqu'à ce que les gens descendent dans la rue et que « les émeutiers causent beaucoup de dégâts au pays ».

Exprimant sa « préoccupation » à l’égard de la démocratie du peuple, Gharvian dit : « Envisager un endroit pour des réunions et des manifestations est une question de démocratie, et la démocratie exige que les gens puissent exprimer leurs opinions lorsqu’ils ont protesté. »

« Tout comme les protestations récentes qui ont causé beaucoup de dégâts au pays, et bien sûr la perturbation diffère de la manifestation, et elle doit être séparée. Beaucoup de gens, lors des événements récents, n’avaient pas vraiment l’intention de se révolter et ils se préoccupaient de la hausse du prix de l’essence et des problèmes économiques, de la pauvreté et du chômage auxquels le pays est confronté. Ils doivent faire entendre leur voix, quelque part, auprès des autorités. » (Arman, 5 décembre)

Le journal officiel Ebtekar, recommande également « au régime, y compris trois branches, institutions et centres de pouvoir et de décision » : « Ils devraient être plus réceptifs aux souhaits et aux demandes du peuple, être ouverts à la critique des décisions et des actions passées et présentes et permettre que les voix des gens soient entendues dans les médias, en particulier les médias nationaux, parce que le fait d’amener le pays vers une seule voix et de diviser la société en décideurs et en ceux qui sont obligés de les respecter, conduira à l’insatisfaction et ) des protestations futures. » (Ebtekar, 5 décembre 2019)

Un observateur iranien a rejeté le commentaire des médias officiels, soulignant que les manifestations n'avaient rien à voir avec le lieu de la manifestation, mais concernaient des griefs substantiels, que les autorités semblent incapables de résoudre.

Les autorités font une telle suggestion dans la crainte d’un soulèvement continu et d’un renversement de la part du peuple, a déclaré l'observateur iranien, ajoutant que c'est pourquoi les médias d'État parlent de droits civils et d'un lieu de protestation, qui ont été violés jusqu'à présent.

Le problème du peuple avec ce gouvernement et ses institutions répressives a dépassé le stade des protestations pour les droits civils et a atteint un point irréversible.

C'est le même sort que le rédacteur en chef du journal officiel Jomhouri a formulé pour les mollahs et les représentants du gouvernement et il a déclaré : « Craignez le jour où les pauvres afflueront dans les rues. »

Source : INU