Pin It

inondations iranCSDHI - Les fortes pluies et les inondations dans diverses régions de l'Iran au cours des derniers jours ont provoqué d'énormes dégâts aux habitations dévastées.

Les dernières précipitations dans le sud de l’Iran ont provoqué de grandes inondations et des fuites d’eaux usées urbaines dans les maisons des habitants. À Ahwaz, les inondations ont également causé la mort de quatre femmes qui étaient hospitalisées et la chute d'un immeuble qui a blessé cinq personnes.

Depuis lundi matin 16 décembre, à la suite des pluies dans les provinces du sud de l'Iran, certaines parties des provinces du Khouzistan, de Bushehr et de Fars sont inondées. « Depuis l'aube jusqu'à 12h30, lorsque le système de précipitations a commencé à s'activer, Bandar Delvar, ville côtière du sud de l'Iran, a enregistré les précipitations les plus élevées de 75 mm », a déclaré le directeur général de Bushehr Meteorology.

De plus, le dépôt pétrolier de la province de Bushehr, en plus de nombreuses autres villes et régions de cette province, a été submergé. Les informations indiquent qu'Abadan et Ahwaz dans la province du Khouzistan, dans le sud-ouest de l'Iran, ont été inondés et que l'eau a englouti la partie centrale de la ville d'Abadan. À Ahwaz, dans le district de Kianshahr, la population locale a signalé que de nombreuses maisons avaient été inondées et que des eaux usées avaient pénétré.

« À Ahwaz, près de 50 % des canaux d’eaux usées ne sont pas encore terminés et une raffinerie d’eaux noires est active dans la partie est d’Ahwaz ; il n'y a pas de raffinerie dans les parties occidentales de la ville », a déclaré Ali Salari, député d'Ahwaz à l'agence de presse ILNA le 17 décembre. Il a ajouté : « Les autorités ont créé ces problèmes et elles ne devraient pas attendre qu'il cesse de pleuvoir pour résoudre les problèmes. »

Le chef de l'hôpital Khomeini à Ahwaz a confirmé que quatre femmes hospitalisées dans la section des soins intensifs avaient perdu la vie. Il a déclaré que les graves fluctuations d'électricité étaient à l'origine de ces décès. Exceptionnellement, à cause des précipitations, des écoles, des universités et des bureaux dans cette ville ont été fermés.

Au cours des dernières années, les catastrophes naturelles de l’Iran, notamment les inondations destructrices, les sécheresses sans précédent et la pollution atmosphérique ont attiré l’attention de la communauté internationale. La mauvaise gestion des ressources naturelles du pays, la destruction de la végétation et des forêts, la construction de barrages inutiles et imprévus et le gaspillage de la richesse nationale par le népotisme et le gouvernement corrompu des mollahs sont les principales raisons de l'apparition de crises environnementales en Iran.

Il convient de noter que de nombreuses provinces du nord et du sud du pays ont connu des inondations soudaines en avril dernier. Malheureusement, après que les eaux de crue aient été absorbées par la chaleur estivale, les responsables iraniens n'ont pris aucune mesure radicale pour éviter d'autres dommages et pertes dans l'avenir. Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a souligné ce fait et parallèlement à ses condoléances aux familles et amis des victimes et à toutes les autres victimes des récentes inondations, a expliqué : « Mes plus sincères condoléances vont aux habitants du Khouzistan, de Fars, de Bushehr, de Mahshahr et d'autres régions touchées par les inondations, ainsi qu'à ceux qui ont perdu leur maison. »

« Mes sincères condoléances aux familles des victimes. La richesse de l’Iran est pillée par les mollahs au pouvoir et dépensée pour le terrorisme, la belligérance et les programmes de missiles anti-patriotiques et nucléaires, laissant notre peuple sans défense face aux catastrophes naturelles. La seule façon de mettre fin à cette douleur et à ces souffrances et aux calamités infligées au peuple iranien est le renversement du régime clérical dans son ensemble et l'instauration de la démocratie et de la souveraineté populaire. »

Source : INU