Pin It

manifestations iranCSDHI - Il y a eu 3530 manifestations enregistrées en Iran en 2019 avec une moyenne de 294 protestations par mois et 10 protestations par jour, selon des sources affiliées à la Résistance iranienne.

Manifestations nationales en novembre 2019

Sur les 3 530 manifestations, 265 étaient liées aux manifestations nationales qui ont éclaté en novembre 2019 suite à une augmentation des prix de l'essence.

Villes et provinces concernées - 191 villes et 30 provinces

Victimes enregistrées – Plus de 1 500

Arrestations – Plus de 12 000

Civils blessés et mutilés – Plus de 4 000

La National Iranian Oil Products Distribution Company (NIOPDC) a annoncé de nouvelles hausses des prix de l’essence qui sont entrés en vigueur le jeudi 14 novembre 2019.

Selon le NIOPDC, le prix de l’essence rationnée a augmenté de 50 % tandis que le prix de l’essence gratuite a triplé. L'organisation a également déclaré que chaque Iranien possédant une voiture avait droit à 60 litres d’essence par mois.

Des manifestations ont éclaté samedi 16 novembre malgré les informations faisant état de pluie et de neige dans plusieurs villes. Le régime avait mis les pompiers en état d'alerte et avait posté des groupes de policiers et d'agents secrets dans les stations-service pour réprimer d'éventuelles manifestations.

De plus grandes protestations ont progressivement éclaté dans d'autres villes. Les manifestants ont initialement coupé le moteur de leurs voitures au milieu des rues et dans les stations-service en signe de protestation. Ils ont chanté pour que d'autres Iraniens les soutiennent et les rejoignent. Les forces de sécurité et des agents secrets ont attaqué et arrêté un certain nombre de manifestants.

Les manifestants ont pris pour cible le président du régime, Hassan Rouhani, et lui ont demandé de démissionner. Ils ont également scandé « les prix de l’essence ont augmenté, les pauvres sont devenus plus pauvres » et « les Iraniens mourront plutôt que de se rendre ».

Les manifestants ont incendié des pneus et les ont utilisés pour bloquer les rues. Les chants se sont rapidement radicalisés, ciblant le tout puissant Guide suprême du régime.

« Mort à Khamenei », « Mort au dictateur », « Les mollahs doivent foutre le camp », ont scandé les manifestants. Les manifestations se sont étendues à 160 villes alors que les manifestants ont incendié des banques, des stations-services, des postes de police, des bureaux du gouverneur, des kiosques de police, des voitures et des motos des forces de sécurité, des bases appartenant au Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) et sa branche paramilitaire la Bassidj, des chaînes de magasins appartenant aux pasdarans, des séminaires, des bureaux des Imams de la prière du vendredi, des distributeurs automatiques de billets et des boîtes de charité qui bordent les rues de l'Iran.

Les manifestants n'ont pas attaqué les bâtiments appartenant aux Iraniens ordinaires.

Les affrontements les plus fréquents entre les forces de sécurité et les manifestants ont été signalés à Shahriar (Téhéran), Shahre Qods (Téhéran), Chiraz (SW), Behbahan (SW), Ispahan (centre de l'Iran) et la ville de Téhéran.

La première personne à avoir été abattue par les forces de sécurité a été identifiée comme étant Rohollah (Javad) Nazari Fath Abadi, qui a été tuée à Sirjan, dans le sud-est de l'Iran.

Les forces de sécurité du régime, notamment les pasdarans, la police anti-émeute, les forces du Bassidj, les agents infiltrés, les agents du renseignement et la police ont été chargés de réprimer les manifestants non armés avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau, des fusils de chasse et des balles réelles.

L'Iran a également mis en place une coupure de courant sur Internet le soir du 16 novembre pendant une semaine pour empêcher que des vidéos amateurs et des informations faisant état d'atrocités commises par le régime ne parviennent à la connaissance du monde.

Il y a eu des affrontements intenses à Chiraz, dans le sud-ouest de l'Iran, car les habitants ont rapporté que certaines parties de la ville étaient sous le contrôle des manifestants. Les habitants ont attaqué des bases militaires et saisi les armes à feu. À Ma’ali Abad, des manifestants ont attaqué et incendié toutes les banques, les distributeurs automatiques de billets et les stations-service. À Sadra, en raison de l'intensité des affrontements, le régime a abattu des manifestants depuis des hélicoptères.

Pour en lire davantage : Iran News Wire