Pin It

utilisation inquiétante violence contre manifestants crash avion iranReuters, le 13 janvier - Les accusations de force meurtrière utilisée contre des manifestants en Iran devraient faire l'objet d'une enquête approfondie, a déclaré lundi un porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, qui a déclaré que les informations faisant état de violences à l'encontre de ceux qui protestaient avec colère contre l’abattage d'un avion de ligne civil par les pasdarans étaient « inquiétantes ».

« Nous suivons évidemment de très près les manifestations qui ont eu lieu aujourd'hui et ce week-end en Iran et le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies rappelle les droits à la liberté d'expression et d'association dans le cadre des réunions pacifiques », a déclaré à la presse le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Les manifestants dénonçant les dirigeants cléricaux de l’Iran sont descendus dans les rues et la police anti-émeute a déployé ses forces lundi, dans une troisième journée de manifestations après que les autorités ont reconnu avoir accidentellement abattu un avion de passagers ukrainien.

Les images des deux derniers jours de manifestations ont montré des blessés transportés et des flaques de sang sur le terrain. Des coups de feu ont pu être entendus, bien que la police ait nié avoir ouvert le feu.

Dujarric a déclaré qu’Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’ONU avait pris note de la déclaration par l'Iran qu'il avait involontairement abattu l'avion ukrainien de passagers.

Il est très important que les autorités iraniennes assurent une enquête approfondie et transparente sur ce qui s'est passé, sur cet incident tragique, et que l'enquête ... soit menée conformément à l'annexe 13 de la Convention relative à l'aviation civile internationale, avec la participation des autorités compétentes des pays concernés », a-t-il déclaré.

(Reportage de Michelle Nichols ; Édité par Dan Grebler)