Pin It

sport iranien comité olympique iranCSDHI - La République islamique d'Iran a officiellement accepté de lever sa longue interdiction aux athlètes iraniens de concurrencer les Israéliens, a annoncé le Comité international olympique (CIO).

La nouvelle, qui fait suite à une réunion, mi-janvier, entre le ministre iranien des sports Masoud Soltanifar et Reza Salehi Amiri, président du Comité national olympique iranien (CNO), et Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO) à Lausanne, en Suisse, a été à peine couvert par les médias nationaux iraniens en raison de sa nature controversée, indiquant une réticence sans surprise de la part des responsables iraniens à concrétiser cette promesse.

Avant la visite, le bureau des relations publiques du CNO a qualifié la réunion de « voyage de travail important », mais le bureau s'est abstenu de dire ce qui avait été discuté jusqu'au 12 janvier. Puis, le troisième jour du voyage de la délégation iranienne en Suisse, il a été rapporté que les responsables rencontraient le responsable des sports, le plus puissant du monde, le chef du Comité International Olympique, Thomas Bach. Selon la Charte olympique et les statuts, toutes les fédérations sportives internationales et nationales doivent être accréditées et autorisées par le CIO et toutes leurs activités doivent être conformes aux règles et règlements du CIO et être placées sous sa supervision.

Le CIO a le pouvoir de suspendre toute fédération sportive internationale ou nationale, dans n'importe quel domaine, ou tous les sports pratiqués dans un pays particulier, en cas de violation des règles et lois inscrites dans sa charte. Le Koweït en est un exemple. Lors de l'été 2015, la Fédération internationale de football (FIFA) a suspendu la fédération de football du Koweït pour « ingérence » politique du gouvernement dans les affaires intérieures du football du pays. En octobre de la même année, pour la deuxième fois en cinq ans, le CIO a suspendu le Koweït et toutes ses fédérations sportives pour la même raison.

« Le Mouvement olympique au Koweït a été confronté à un certain nombre de problèmes pour préserver son autonomie, en particulier en raison de la législation sportive récemment modifiée au Koweït », a annoncé le CIO. «… Le COK [Comité olympique du Koweït] n'a le droit de participer à aucune activité liée au Mouvement olympique ni d'exercer aucun droit qui lui est conféré par la Charte olympique ou le CIO. Cela comprend notamment toute activité organisée par des associations des CNO (Comités Nationaux Olympiques) auxquels le COK est affilié. »

En décembre 2019, après un vote décisif du CIO, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a interdit à la Russie de participer à des événements sportifs internationaux pendant quatre ans. Cela signifie que, entre autres événements, le drapeau russe ne flottera pas aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Même si les athlètes russes peuvent participer à Tokyo à l'avenir, « ils ne peuvent pas utiliser le nom du pays dans le nom de l'équipe », a déclaré, à l'Associated Press, Witold Bańka, président élu de l'AMA.

Le CIO a également fait étalage de sa force en 2011, lorsque le Bureau fédéral américain des enquêtes (FBI) a commencé à examiner les cas de corruption à la FIFA. Le CIO a annoncé que si, pour une raison quelconque, les enquêtes du FBI s'arrêtaient, il assignerait indépendamment ses propres enquêteurs pour examiner les finances de la FIFA.

Doux mais strict

Le Comité International Olympique peut être comparé à un monsieur âgé, aux cheveux blancs, patient et digne qui parle doucement et très peu, donnant de bons conseils. Une fois qu'il se met en colère, cependant, cette colère ne peut pas être contenue. Le CIO est l'arbitre final des sports internationaux et son jugement ne peut pas être renversé, ce qui explique peut-être pourquoi il ne rend pas beaucoup de verdicts.

En 2000, Mostafa Hashemitaba, chef de l’organisation d’éducation physique, prédécesseur du ministère iranien des sports et chef du Comité national olympique est devenu le premier et le dernier Iranien à rejoindre le conseil d’administration du CIO. Dans son livre, « L'histoire d'une ascension », Hashemitaba mentionne ses rencontres avec Juan Antonio Samaranch, président du Comité international olympique de 1980 à 2001, comme la plus grande réalisation du sport iranien depuis l'instauration de la révolution islamique.

Mais lorsque le président du CIO a invité les plus hauts responsables sportifs de la République islamique à une réunion, les mêmes messieurs qui avaient insisté pour que les médias prêtent attention aux activités de l'organisation, aussi insignifiants soient-ils, sont restés étrangement silencieux sur ce qui était un événement extrêmement important selon les estimations de quelqu’un.

Une promesse écrite

« En insistant sur l'importance de l'observation de la Charte olympique par… le ministère des sports iranien et le Comité national olympique, Thomas Bach a affirmé que la mise en œuvre des objectifs et de l'esprit du sport et des Jeux olympiques créerait des liens solides et indissociables entre les nations et a demandé que tout soit mis en œuvre pour respecter la Charte olympique en Iran », a indiqué le site Internet du Comité national olympique iranien après la rencontre de Bach avec Soltanifar et Salehi.

Ces mots fournissent un indice sur la question de savoir pourquoi les responsables iraniens n'étaient pas disposés à en dire long sur la rencontre avec le président du CIO. Deux jours après la réunion, le site Internet de Mashregh News, réputé proche des agences du renseignement iraniennes, a rapporté : « Dans un geste qui montre les empreintes digitales de Thomas Bach, chef du Comité international olympique, Raham Saba, le skieur iranien, a pris une photo souvenir avec des athlètes israéliens et américains. » Le très court compte-rendu est accompagné d'une photo de Thomas Bach debout à côté de trois athlètes iraniens, israéliens et américains. La photo a également été partagée par le compte Twitter officiel du CIO.

Mais un jour plus tard, la raison de la réticence de l'Iran à rendre compte de la réunion est devenue claire. Thomas Bach a officiellement annoncé que l'Iran s'était engagé à mettre fin à l'interdiction des athlètes israéliens. Il a déclaré que le CIO ne suspendait pas l'Iran parce que le Comité national olympique iranien avait donné l'assurance qu'il mettrait fin à sa politique « discriminatoire » contre les athlètes israéliens. Selon le président du CIO, le Comité national olympique iranien a promis de « respecter pleinement la Charte olympique » à l’avenir, et a énoncé ces promesses dans une lettre adressée au président du CIO. On ne sait pas quand la lettre a été envoyée.

Le régime iranien n'a pas encore levé son interdiction de concourir contre des athlètes israéliens mais, pour l'instant, la lettre, qui selon Bach a été signée par Masoud Soltanifar et Reza Salehi Amiri, a sauvé le sport iranien de la suspension.

M. Bach a déclaré aux journalistes qu’il louait la nouvelle politique iranienne de neutralité politique dans le sport, mais que davantage d’observations et d’examens sont nécessaires pour garantir que cette neutralité est préservée. Le 16 janvier, le président du CIO a réitéré qu’il surveillait de près les sports iraniens.

Bien que ce ne soit pas la première fois que le Comité international olympique se penche sur l’ingérence politique dans le sport iranien, il n’a jamais été aussi direct. Traditionnellement, le comité a suivi la situation avec plus de discrétion et de subtilité.

En mars 2018, Rasoul Khadem, ancien président de la Fédération iranienne de lutte, a écrit au Conseil suprême de sécurité nationale iranien et l'a averti que l'Union mondiale de lutte et le Comité international olympique examinaient le refus des athlètes iraniens de concurrencer les athlètes israéliens. Il était le seul responsable sportif iranien de haut niveau à oser s'opposer à la politique et a directement appelé le Guide suprême, l'ayatollah Khamenei, et le Conseil suprême de la sécurité nationale à modifier cette loi non écrite. Pour cela, il a été contraint de démissionner.

En septembre de la même année, le guide suprême a anéanti tout espoir de renverser la politique. « La République islamique d'Iran ne participera jamais à des compétitions sportives avec les représentants du régime usurpateur (Israël) », a-t-il déclaré aux athlètes iraniens qui avaient remporté des médailles aux 18e Jeux asiatiques de Jakarta, le 24 septembre 2018. Il a ensuite fait l'éloge de Alireza Karimi, le lutteur freestyle iranien qui a délibérément perdu un match en 2017 afin de ne pas avoir à affronter un adversaire israélien. Khamenei a qualifié son action, d'exemple de « véritable héroïsme ».

Alireza Firouzja, le prodige des échecs iranien qui a demandé l'asile en France en 2019, est une célèbre personnalité sportive notable qui a récemment quitté l'Iran en raison de l'interdiction de rivaliser avec les Israéliens.

Mais le cas le plus connu est peut-être celui de Saeid Mollaei, un champion du monde de judo qui s'est rendu en Allemagne après que son entraîneur lui ait ordonné de perdre intentionnellement en demi-finale aux Championnats du monde de Tokyo 2019 afin d'éviter un match potentiel en finale contre le Judoka israélien Sagi Muki. Dans ses entretiens avec la Fédération internationale de judo (IJF) et les médias en langue persane en dehors de l'Iran, il a parlé de responsables du gouvernement iranien le faisant pression dans le but d'empêcher les athlètes iraniens de rivaliser avec les Israéliens. Il se bat maintenant en tant que membre de l'équipe de judo mongole.

L'intervention du Comité International Olympique signifie que l'Iran ne peut plus échapper aux compétitions contre les athlètes israéliens par le biais de subterfuges. La République islamique n'a désormais plus que deux options : soit affronter des athlètes israéliens, soit oublier à jamais les sports professionnels internationaux. Si le CIO suspend les sports iraniens, toutes les équipes et athlètes iraniens seront bannis des compétitions internationales officielles. Même les compétitions nationales entre les ligues sportives iraniennes ne pourront plus avoir lieu à titre officiel.

L'Iran peut-il inventer un nouveau mensonge ?

Il semblerait que le CIO ne soit plus prêt à tomber dans le piège précédent, celui de simuler des blessures. Avec l'engagement que Thomas Bach dit avoir reçu, la balle est désormais carrément dans le camp du Guide suprême. L'Iran affrontera-t-il des athlètes israéliens ou tous les sports iraniens seront-ils suspendus ?

Source : IranWire