Pin It

khamenei iranCSDHI - Le Guide suprême, l'ayatollah Khamenei, a dirigé les prières du vendredi 17 janvier 2020 pour la première fois en huit ans, envoyant un message fort aux Iraniens et au monde entier disant qu'il détient un pouvoir absolu sur la République islamique et son peuple.

« Nous ne ferons aucune réforme et il n'y aura pas de révolution », a-t-il déclaré à la foule. « Nous ne négocierons pas et il n'y aura pas de guerre ».

La démonstration de force de Khamenei a fait suite à deux semaines tumultueuses et à certains des troubles les plus dramatiques que le pays ait connus depuis des années, et constituait un effort clair pour remonter le moral de ses partisans et du régime. Ses paroles ont indiqué que rien n'allait changer - et même s'il avait des plans pour quelques réformes, il n'allait pas utiliser cette plate-forme particulière pour les annoncer. Au niveau national, ses propos seront pris très au sérieux. Du point de vue de la politique étrangère, cependant, elles sont conformes à une habitude stratégique que privilégie le régime lorsqu’il fait face à de graves défis.

Pendant les prières, Khamenei a décrit les funérailles de Ghasem Soleimani comme des « munitions » permettant aux pasdarans de tirer des missiles sur la base américaine en Irak. Les funérailles ont également permis à Khamenei de justifier sa décision de tirer sur des manifestants et d’attaquer les personnes qui avaient critiqué le régime pour avoir abattu l’avion ukrainien - certains d’entre eux ont déchiré des photos du commandant de la Force Qods. Cependant, les autorités ont déclaré que ces manifestants anti-régime ne comptaient qu'une centaine de personnes et que « des dizaines de millions de personnes » ont assisté aux funérailles de Soleimani.

Avant les prières du vendredi, certaines personnes avaient prédit que le Guide suprême prendrait la parole comme il l'avait fait, le 5 juin 2009, à la suite des élections présidentielles contestées de 2009 et des protestations qu'elles ont déclenchées. En 1999, le Guide suprême a prononcé un discours qui, selon beaucoup, ressemblait à un dernier recours dans ses efforts pour mettre fin aux manifestations. Cependant, cette année, comme en 2009, le discours de l’ayatollah ne signifie pas nécessairement la fin des manifestations. Et encore, cela renforcera encore ses partisans, renouvelant leur énergie pour agir contre les manifestations.

Khamenei a refusé de montrer sa solidarité avec les gens qui pleuraient les Iraniens décédés après que les gardiens de la révolution (les pasdarans) ont abattu accidentellement l'avion de passagers, affirmant qu'ils avaient été « influencés par les médias étrangers ». En fait, il n'a pas condamné les commandants des pasdarans pour leur erreur et les a, en fait, remerciés. Contrairement à 1999, lorsqu'il a concédé une certaine responsabilité pour les meurtres en série de cette année, connus sous le nom de Chain Murders, lors de son discours du 17 janvier, il n'a accepté aucune responsabilité pour ce qui s'était passé le 6 janvier, lorsque l'avion a été abattu. La différence est qu'en 1999, il pouvait dire que les tueries étaient liées à l'infiltration d'agents d'Israël et d'Amérique. Cette fois, cependant, blâmer les ennemis de l'Iran et les accuser d'infiltration aurait un résultat différent.

Les propos de Khamenei au sujet des pasdarans qui ont abattu un avion de passagers ressemblaient à ceux de Mohammad Sadeq Kushki et Nader Talebzadeh, qui ont été diffusés à la télévision.

Talebzadeh a déclaré que si « 10 autres avions de passagers se sont écrasés à cause d'une erreur, ce n'est rien comparé à l'attaque de la base américaine », et le leader est très probablement d'accord avec ce point de vue.

Il a qualifié les manifestants de « fidèles de la télévision britannique et de la radio américaine » essayant de « maquiller » le crash de l'avion afin que les nouvelles de l'attaque de missiles iraniens sur la base américaine et des funérailles de Ghasem Soleimani soient oubliées.

Dans son discours lors des prières du vendredi, le chef de la République islamique n'a rien dit de nouveau sur les affaires étrangères. La veille de son discours, le président Hassan Rouhani avait déclaré qu’il ne voyait pas de moyen de résoudre les problèmes économiques du pays alors que les tensions extérieures persistaient. Certains commentateurs ont fait valoir que Rouhani avait dit cela en prévision des commentaires du Guide.

Dans son discours, l'ayatollah Khamenei a souligné l'idée de la soi-disant « économie de la résistance » et n'a donné aucun feu vert pour mettre fin au conflit avec les États-Unis ou montrer un « ramollissement héroïque ».

Il a également profité de l'occasion pour attaquer des pays européens et a déclaré : « Après que les États-Unis ont quitté le JCPOA (accord nucléaire), j'ai dit que je ne fais pas confiance à ces pays qui servent les États-Unis ».

Pendant ce temps, Khamenei a également déclaré qu'il était disposé à négocier - mais pas avec les États-Unis. L'expérience a toutefois montré que ses propos ne peuvent pas être pris au sérieux. La République islamique pourrait éventuellement élaborer une tactique pour négocier contre les pressions extérieures, mais cela dépend de la façon dont les responsables analysent la situation, et s'ils croient qu'ils peuvent supporter les sanctions américaines imposées par le président Donald Trump, et de la façon dont leurs espoirs de voir Trump être vaincu lors de l'élection présidentielle de 2020 se déroulera.

À la fin de son discours, le Guide suprême de l’Iran a parlé des prochaines élections législatives et a encouragé les gens à y participer. Il a souligné : « Faites attention de ne pas laisser l’ennemi accomplir ses volontés, c’est-à-dire miner les élections. » Cette conclusion était un autre signe qu’il voulait faire croire que rien n’avait changé et qu’il n’y avait aucune raison de croire que cela changerait un jour.

Source : IranWire