Pin It

Ebrahim Raisi chef pouvoir judiciaire iranCSDHI - Ebrahim Raisi, le responsable du pouvoir judiciaire de l’Iran, a déclaré que « l'ennemi a profité de l'incident pour présenter l'Iran comme un pays dangereux » lors de son voyage dans la ville centrale de Yazd hier.

« L'ennemi dit que le pays de la République islamique n'est pas sûr. Alors que la République islamique d'Iran est l'endroit le plus sûr au monde », a-t-il ajouté dans un discours s'adressant aux entrepreneurs et producteurs de Yazd.

Le responsable du pouvoir judiciaire du régime a minimisé le crash de l'avion de passagers et a déclaré que « ce genre de problèmes se produit partout dans le monde », ajoutant qu'ils avaient des renseignements sur d'autres fusillades.

Les propos de Raisi ont irrité les Iraniens sur les réseaux sociaux.

« Ebrahim Raisi a déclaré que le pays est dans sa période la plus sûre et la plus protégée : l'annulation des vols en dehors de l’Iran, l'isolement de l'Iran en l'espace de deux mois seulement et le fait de devenir une autre Corée du Nord, tout cela grâce à la règle des turbans », a écrit un utilisateur de Twitter dans une prose sarcastique.

« Ebrahim Raisi a déclaré que l'Iran était l'endroit le plus sûr du monde. Il a raison. Par exemple, le député de Kerman a mis une prime sur la tête de Trump, le représentant du Guide suprême à Mashhad a demandé que l'ambassadeur du Royaume-Uni soit coupé en morceaux. Si ce ne sont pas des indications de sécurité, je ne sais pas ce que c'est », a déclaré Ali, un utilisateur de Twitter, se moquant des autorités du régime.

Lorsque l’impudence ne connaît pas de limites et que la tromperie devient le fondement d’un pays, ce genre de commentaires de la part de ses dirigeants est tout à fait naturel », a twitté Alireza.

Babak Safari a fait référence au crash « accidentel » de l'avion et a comparé les dirigeants iraniens à l'Etat islamique. « C'est ce qui se passe lorsque vous donnez un jouet à un certain nombre d'enfants de l'Etat islamique », a-t-il écrit, ajoutant que le régime avait tué 176 personnes lors des deux tirs de missiles sur l’avion ukrainien et 1 500 autres lors de manifestations à l'échelle nationale en novembre 2019.

Le nombre de personnes tuées n'est rien comparé au nombre de morts de Raisi. C’est comme comparer une goutte à l’océan. Cela n'attire même pas leur attention », a écrit Majid citant le rôle de Raisi dans le massacre de milliers de prisonniers politiques en 1988.

« La République islamique d'Iran est l'endroit le plus sûr. Oui, elle l'est. Pour les meurtriers, les voleurs, les escrocs et les charlatans », a tweeté Blacksheep.

Pendant trois jours, le régime iranien a nié sa responsabilité dans le crash du 8 janvier de l'avion de ligne ukrainien. Ce n'est qu'après que des responsables américains ont déclaré avoir des preuves satellite de missiles tirés sur l'avion que les pasdarans ont admis avoir « par erreur » abattu l'avion.

La fusillade et l'admission tardive de la vérité par le régime ont provoqué un tollé national. Des étudiants et des Iraniens sont descendus dans les rues lors de manifestations nationales manifestant directement leur colère contre le Guide suprême du régime, Ali Khamenei.

« Commandant en chef, démissionnez, démissionnez », scandaient-ils.

Mais le commandant en chef n'a même pas présenté ses excuses aux familles désemparées des victimes du crash de l’avion ou au peuple iranien qui a été intentionnellement induit en erreur pendant trois jours.

Source : Iran News Wire