Pin It

Eesa Beshgardi iranCSDHI – La détention des prisonniers en Iran est une épreuve violente ou mortelle. Se faire arrêter, être un prisonnier ou une prisonnière engendre des tortures, des sévices, des coups, des violences psychologiques ou sexuelles.

L’enfer carcéral tel qu'on ne l'imagine pas se trouve derrière chaque barreau de chaque prison iranienne.

Les prisonniers tentent de protester, de s’opposer aux comportements violents des autorités carcérales iraniennes ou des autres détenus, avec peu de moyens et souvent la grève de faim est leur seule possibilité de manifester leur opposition ou poursuivre malgre tout leur lutte pour la défense des droits humains.

Certains n’ont pas le temps de protester, car c’est la pendaison qui les attend.

Une exécution à la prison d'Amol

Un jeune contrevenant, député, condamné à mort pour meurtre a été exécuté sur ordre d'une autorité judiciaire et en présence du substitut du procureur, du procureur de la branche 2, du chef du service médico-légal du canton et d'autres responsables de la prison d'Amol, à l'aube du dimanche 13 janvier 2020. (Site Internet du département des relations publiques du canton d'Amol - 13 janvier 2020)

Une autre exécution effectuée à la prison de Minab

Le jeudi 23 janvier 2020, l’ordre d'exécution d'un prisonnier à la prison de Minab dans la province d'Hormozgan a été mis en oeuvre. Le prisonnier a été identifié, il s’agissait d’Eesa Beshgardi accusé de délits liés aux stupéfiants. Sa famille n'a pas été informée de son exécution. (Activistes des droits de l'homme en Iran - 23 janvier 2020)

Un prisonnier s'est cousu les lèvres et a entamé une grève de la faim

Javad Rahimzadeh, un prisonnier à la prison de Marand, s'est cousu les lèvres et a entamé une grève de la faim le mercredi 22 janvier 2020. Son initiative vise à protester contre les pressions exercées sur lui et sur d'autres détenus par le juge responsable de la prison. En réaction à sa grève de la faim, le directeur de la prison a déclaré : « Si Dieu le veut, nous vous remettrons votre cadavre. » (Activistes des droits de l'homme en Iran - 23 janvier 2020)