Pin It

enfants bassidj iranCSDHI - Le Bassidj des étudiants, qui est chargé de la plupart du recrutement d’enfants-soldats, fait partie du Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans).

L'Iran a intensifié ses opérations pour recruter des jeunes afin de protéger la République islamique, dont beaucoup d'enfants, en utilisant certaines des ressources les plus puissantes du pays, y compris des campagnes de propagande sophistiquées.

Un travail important pour faire venir de jeunes combattants est effectué par la Force des étudiants du Bassidj, et le Guide iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a félicité les jeunes étudiants désireux de se mettre en première ligne et les enseignants qui les ont encouragés. Lui et d’autres hauts responsables ont déclaré publiquement que les étudiants devaient être considérés comme un élément essentiel de la force de combat iranienne.

Mais les statistiques révèlent que plus de la moitié de la population étudiante est d'âge élémentaire et a en fait moins de 12 ans.

S'adressant à un groupe d'enseignants, Khamenei a déclaré : « Plus de 36 000 de nos élèves ont été martyrisés pendant la guerre sacrée entre l’Iran et l’Irak, de 1980 à 1988. Sans l'esprit chaleureux des enseignants, il n'aurait pas été possible pour les élèves d'aller en première ligne. Cet honneur revient aux enseignants. »

L’ancien ministre de l’éducation, Mohammed Battaei, a déclaré que la population étudiante devait être considérée comme le reflet de la capacité militaire du pays. Il y a neuf mois, il a déclaré : « Nous avons maintenant 14 millions d'étudiants qui, malgré toutes les invasions culturelles que nous avons eues, seront prêts et, si nécessaire, sacrifieront leur vie, comme la défense sacrée. »

Après que ses commentaires eurent suscité des réactions négatives de la part de certains, Battaei a affirmé qu'il avait été mal compris. Cependant, même si l'on peut affirmer qu'il a fait de telles déclarations par désir de plaire au Guide et à ses alliés, il est clair que de nombreux dirigeants iraniens voient les enfants comme des soldats potentiels avec une préparation mentale et physique pour la guerre ou pour les situations d'urgence.

Les étudiants du Bassidj qui sont chargés de la majeure partie du recrutement de garçons soldats, font partie du Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) et ce corps a été formé conjointement avec une initiative juridique pour le « Développement et la formation de la mobilisation des étudiants » mis en place sept ans après la fin de la guerre en 1997. Le cabinet de la neuvième législature iranienne (2012-2016) a adopté et finalisé son règlement exécutif 11 ans plus tard.

L'article 7 du règlement exécutif définit les devoirs des unités du Bassidj comme suit :

- Recruter et organiser des bénévoles pour l'adhésion aux étudiants du Bassidj ;

- Mener des activités éducatives pour créer un esprit de coopération, de responsabilité et de préparation à la défense, et pour développer et renforcer la culture et l'idéologie du Bassidj ;

- Organisation de camps, conférences et exercices spéciaux de formation pour les membres conformément aux directives adoptées par le conseil ;

- Assistance aux programmes scolaires et aux activités parascolaires avec l'accord ou l'invitation des directeurs d'école ;

- Assistance dans les activités de secours, d'aide et de construction ;

- Participation à des célébrations sacrées et à des activités parascolaires telles que la commémoration de la Semaine de la sainte défense [commémoration de la guerre] et de la Semaine des étudiants du Bassidj ;

- Mener les activités nécessaires pour renforcer les compétences scientifiques, culturelles et sportives des membres.

Bien que la plupart de ces activités soient de nature éducative et idéologique, elles sont également considérées comme faisant partie intégrante d'une stratégie militaire plus large dans le cadre de laquelle les enfants sont formés pour être mentalement et physiquement capables de contribuer aux efforts de guerre.

L'article 8 du règlement stipule que « la formation militaire est absolument interdite dans les écoles », mais il est rapidement suivi de la condition selon laquelle une telle formation peut être « dispensée en dehors de l'école conformément aux lois et règlements applicables ».

Les pasdarans en ont-ils pour leur argent ?

Le Corps des étudiants de Basij est financé par l'État à un coût considérable, ses installations et ses activités étant soutenues par le ministère de l'éducation et les forces armées.

En outre, des privilèges spéciaux et extraordinaires sont accordés aux étudiants qui rejoignent le Bassidj, y compris une réduction du temps requis pour le service militaire obligatoire et davantage d’occasions de participer à l’éducation universitaire, y compris le bénéfice des systèmes de quotas réservés aux membres des étudiants du Bassidj. Ces mesures incitatives rendent l’intégration des forces attrayante pour de nombreux jeunes.

Actuellement, la République islamique fait d'énormes investissements pour transporter jusqu'à sept millions d'étudiants dans des marches pro-régime et les envoyer dans les camps de Rahian-e Noor – faire des visites des principaux champs de bataille de la guerre Iran-Irak.

Il est difficile de calculer si ces retombées en matière de prestations et de formation se traduisent par la puissance militaire et l’engagement idéologique que le régime tente d’obtenir, ou quelle orientation cet investissement prendra à l’avenir.

Ces dernières années, on a également rapporté les efforts que déployaient les pasdarans pour envoyer des enfants non iraniens sur les champs de bataille de la guerre civile syrienne. En 2018, Human Rights Watch a accusé les pasdarans d'avoir envoyé des enfants réfugiés afghans comme soldats dans la guerre en Syrie. Les informations indiquent que ces enfants afghans, parfois ayant moins de 14 ans, ont été déployés dans le cadre de la Brigade Fatemiyoun - qui est composée principalement de chiites afghans à qui on a souvent promis des permis de résidence en échange de la « protection des sanctuaires chiites » - combattre aux côtés des forces iraniennes en Syrie.

Rien n’indique que des enfants iraniens aient été recrutés pour combattre en Syrie, mais pendant les troubles intérieurs, des jeunes Basij armés de matériel militaire léger sont apparus dans les rues de diverses villes, un phénomène inquiétant. Outre les dangers évidents auxquels ces enfants sont confrontés parce qu'ils sont placés dans des zones de guerre, l'impact à long terme de ces expériences représente un risque important pour leur santé mentale et compromet leur capacité à se réintégrer dans la société, en particulier ceux qui font l’expérience de la vie militaire avant même d'avoir atteint la puberté. Mais, comme pour les étudiants plus âgés, les enfants peuvent facilement être séduits dans les centres de recrutement militaire par une série de promesses trompeuses.

Depuis des années, les pasdarans « investissent » dans les enfants. Il n'y a pas de statistiques officielles concernant le nombre de bases des étudiants du Bassidj ou le nombre de membres mineurs. Mais les journalistes et les militants ont présenté divers éléments de preuve qui décrivent l'étendue des activités de l'organisation du Bassidj. Dans un exemple récent, en novembre 2019, un responsable de l'armée au Khouzistan a signalé qu'il y avait 3700 bases de résistance du Bassidj, actives dans la province. En même temps, les statistiques officielles évaluent le nombre total d'écoles secondaires dans la province du Khouzistan à moins de 3000 écoles. Il semblerait que, au moins dans certains endroits d'Iran, il soit plus facile pour les enfants de 12 à 18 ans de rejoindre une unité du Bassidj que d'accéder à leur droit à l'éducation.

Source : IranWire