Pin It

futurs soleimani iranCSDHI - « Une nouvelle génération de Soleimani va bientôt arriver. Nous aimons nous battre contre les sionistes. Nous tuerons les juifs » ont hurlé les miliciens du régime iranien.

« Les poings que vous avez levés ne sont pas seulement pour crier « Mort à l'Amérique. Vous devez frapper l'Amérique au visage à coups de  poings », scandaient les miliciens.

Le mercredi 5 février 2020, un rassemblement intitulé « Une génération de Soleimani » a eu lieu au Grand Mosalla de l'Imam Khomeini à Téhéran - une grande place et une mosquée, où un ensemble de galeries et d’édifices accueillent des prières du vendredi, des rassemblements politiques officiels, des événements culturels et de nombreuses autres activités soutenues par le gouvernement. Le rassemblement était organisé par la la milice étudiante du Bassidj en présence d'étudiants et d'enseignants qui soutiennent le régime en place.

Le récit suivant est celui d'un journaliste citoyen d'IranWire qui a été témoin du rassemblement.

« Les poings que vous avez levés ne veulent pas seulement dire « Mort à l’Amérique », ont déclaré les haut-parleurs. « Vous devez frapper l'Amérique au visage ) coups de poings. » Les élèves ont crié « Mort à l'Amérique ! », comme s'ils étaient alignés dans la cour de l'école et que le directeur le leur avait demandé.

Certains des slogans de l'événement sont choquants. En plus des slogans anti-américains et anti-israéliens habituels, j'ai vu un jeune garçon âgé d'environ sept ou huit ans, décontracté, assis sur les épaules de son père, tenant une bannière qui résume les ambitions du Hamas palestinien, du Hezbollah libanais et des gardiens de la révolution iraniens (les pasdarans) : « Nous aimons combattre les sionistes. Nous tuons les Juifs. »

Mercredi 5 février, les murs de Mosalla étaient recouverts de banderoles sur lesquelles figuraient des photos du général Ghasem Soleimani, le commandant de la Force expéditionnaire Qods des Gardiens de la révolution, tué par un drone américain près de l'aéroport de Bagdad, le 3 janvier 2020. Quelques jours auparavant, les médias gouvernementaux ont commencé à promouvoir le rassemblement sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag « Je suis Soleimani » (# من _سلیمانی _ام). Le rassemblement était organisé par l’organisation étudiante du Bassidj et les étudiants, portant des pancartes - qui arboraient également la photo de Soleimani et la phrase, « Je suis Ghasem Soleimani » - ont défilé sur la place. Beaucoup d'entre eux portaient également des banderoles disant qu'ils tueraient des Juifs.

Mais tout le monde n'était pas autorisé à entrer. Des gardes se tenaient à chaque entrée, disant aux gens que le rassemblement était réservé aux étudiants et aux enseignants. Avant cela, l'agence de presse Fars avait rapporté que 30 000 étudiants devaient participer au rassemblement - la moitié des écoles Sadra des sciences et de l'éducation islamiques et la moitié des écoles gérées par le projet Martyr Behnam Mohammadi.

Les écoles de Sadra ont été fondées par l'Organisation islamique de développement. Dans sa déclaration de mission, l'organisation déclare l'engagement des écoles à éduquer les jeunes religieux et révolutionnaires, et déclare que seuls les enseignants qui croient fermement à l'islam et à la « tutelle du juriste islamique » et soutiennent les principes de la République islamique sont autorisés à enseigner dans les écoles.

Le projet Martyr Behnam Mohammadi éduque les enfants et les adolescents « révolutionnaires », leur inculquant les objectifs et les croyances de la République islamique. Selon le récit officiel de l'organisation sur ses origines, il a été inspiré par Mohammadi, un jeune garçon d'Abadan qui a infiltré les lignes ennemies pendant la guerre de 1980-1988 entre l'Iran et l'Irak pour recueillir des renseignements. Il a été tué alors qu'il n'avait que 13 ans.

L'histoire de Mohammadi est similaire à celle de Hossein Fahmideh. Lors de la bataille pour le port sud de Khorramshahr en 1980, Fahmideh, 13 ans, a dégoupillé une grenade, l'a saisie et a sauté sous un char irakien en marche, se tuant et faisant sauter le char en même temps. L'ayatollah Rouhollah Khomeiny a déclaré que Fahmideh était un héros, et un monument à sa mémoire a ensuite été érigé à la périphérie de Téhéran. En 2018, cependant, il s'est avéré que l'histoire était une fiction créée par un écrivain et journaliste du nom de Hamid Houshangi.

Indépendamment de cette révélation, en 2019, le général Gholam Hossein Gheybparvar, alors commandant de la milice du Bassidj, a annoncé avec confiance que le projet Behnam Mohammadi prévoyait d'ouvrir un « centre » pour adolescents révolutionnaires. La milice du Bassidj a qualifié le projet comme un point de rencontre entre la mosquée, l'école et la maison.

Pour en savoir davantage, cliquez ici

Source : IranWire