Pin It

prison de rajaï Chahr iranCSDHI - La prison iranienne Rajaï Chahr de Karaj, en Iran, est située à environ 20 kilomètres à l'ouest de la capitale, Téhéran. Les prisonniers politiques qui résistent et refusent de se soumettre au régime sont transférés à Rajaï Chahr, connu pour ses mauvaises conditions de détention et ses manières brutales de traiter les prisonniers.

Ces dernières années, des groupes de défense des droits humains ont publié de nombreuses informations faisant état de torture, de viol et des mauvais traitements généraux des prisonniers non politiques et politiques dans la prison de Rajaï Chahr.

Selon nos sources à Rajaï Chahr, les autorités pénitentiaires fabriquent systématiquement de fausses accusations contre les détenus afin de s'en débarrasser. Il s'agit notamment de recruter des prisonniers non politiques pour attaquer d’autres prisonniers. De cette façon, de nouvelles accusations sont portées contre eux, y compris le fait d’avoir recours à la violence. D'autres méthodes consistent à planter des narcotiques dans les vêtements et les affaires du prisonnier, à faciliter l'accès aux drogues pour transformer les prisonniers en toxicomanes, à forcer le prisonnier à se suicider ou à lui fournir des motifs de suicide et, en général, à se débarrasser du prisonnier par tous les moyens possibles.

Selon nos sources, les suicides forcés sont généralement pratiqués après minuit ou tôt le matin dans les sections d’isolement. Pendant ce temps, le prisonnier reçoit des stupéfiants et de fortes doses de méthadone, puis il est pendu, faisant croire à un suicide. La cause du décès est enregistrée comme suicide dans son acte de décès et l'affaire est classée.

Un des responsables liés au ministère iranien du renseignement, qui est affecté à la section 8 de la prison de Rajaï Chahr, appelé Mahrami, est connu pour avoir brutalement torturé des prisonniers politiques.

Il a été transféré à Rajaï Chahr il y a environ deux ans de la section 209 de la prison d'Evine dirigée par le ministère du renseignement.

Alors qu'il se trouvait dans la section 209, Mahrami a dopé le thé donné aux prisonniers politiques avant leurs interrogatoires avec des stupéfiants, les rendant extrêmement nauséeux. C'était une tentative de les rendre plus manipulables face aux demandes des interrogateurs.

Mahrami est maintenant l'intermédiaire entre le ministère du renseignement et les prisonniers politiques de la prison de Rajaï Chahr. Il est un intransigeant et un fervent partisan du Guide suprême du régime, Ali Khamenei.

Pour lui, tous les prisonniers politiques sont des traîtres et des infidèles. Il aurait dit aux prisonniers politiques qu'ils devraient tous être « torturés à mort. »

Lors de manifestations à l'échelle nationale en novembre 2019, des manifestants détenus qui ont été arrêtés dans la province d'Alborz ont été transférés dans la section 8 où ils ont été torturés et battus par des gardiens de prison et Mahrami.

Source : Iran News Wire