Pin It

coronavirus iraniennes iranDeutche Welle - Des chercheurs de la respectée université de technologie de Sharif à Téhéran en Iran ont créé un simulateur informatique pour tester différents scénarios de propagation du COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, à travers l'Iran. 

Ils ont conclu que dans le meilleur des cas - dans lequel le gouvernement met en quarantaine toutes les zones à haut risque, les gens obéissent strictement aux règles de quarantaine et l'accès à des fournitures médicales suffisantes est garanti - le pays atteindrait le pic de l'épidémie dans environ une semaine, et le nombre de morts dépasserait le chiffre de 12 000.

Pourtant, ce scénario est irréaliste dans les trois cas : Le gouvernement ne peut pas imposer de quarantaine, les gens ne respecteront pas les règles de quarantaine et la situation de l'approvisionnement médical est catastrophique en raison des sanctions américaines et d'une mauvaise gestion chronique.

Compte tenu de ces réalités, les chercheurs estiment que l'Iran n'atteindra pas le pic de l'épidémie avant la fin mai, et ils estiment que jusqu'à 3,5 millions de personnes pourraient en mourir.

Creuser des tombes

Les statistiques officielles dressent déjà un sombre tableau : plus de 16 000 infections au COVID-19 avaient été enregistrées mardi soir, avec 988 décès.

L'Iran a actuellement le troisième plus grand nombre de décès par coronavirus dans le monde, bien que beaucoup soupçonnent que le nombre réel de maladies et de décès liés au coronavirus est bien plus élevé que celui actuellement connu. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mardi qu'elle pensait que les chiffres réels pourraient être cinq fois plus élevés.

enterrement qom coronavirus iranLe nombre croissant de morts de COVID-19 a entraîné une expansion des cimetières près de Qom.

Dans la ville de Qom, où le premier décès de l'Iran a été enregistré le 19 février, les travailleurs ont été occupés à creuser des tombes. Le 12 mars, le journal The Washington Post a publié des images satellites montrant des cimetières agrandis à la hâte, avec des masses de tombes creusées sur des hectares de terres adjacentes.

La ville est également un lieu de rassemblement pour les adeptes d'une religion extrême qui refusent de reconnaître la gravité de la situation. Après des semaines d'hésitation, les autorités de Qom ont finalement décidé de fermer un sanctuaire consacré à Fatima Masumeh, l'arrière-petite-fille du prophète Mahomet. Mais lundi soir, des fidèles ont franchi les barricades du lieu de pèlerinage chiite pour se rassembler et prier. C'est l'opposition religieuse qui a empêché le gouvernement national de mettre en quarantaine Qom, située à seulement 130 kilomètres au sud de la capitale.
« La mise en quarantaine de Téhéran n’est pas réaliste »

Téhéran, qui compte le plus grand nombre de décès par coronavirus signalés dans le pays, est le théâtre de l'incompétence du gouvernement. Dimanche, le Guide suprême du pays, l'ayatollah Ali Khamenei, a ordonné à l'armée de suivre les instructions du président Hassan Rouhani et de son gouvernement. Pourtant, quelques jours auparavant, Khamenei avait donné l'ordre à l'armée iranienne, dont il est le commandant en chef, de prendre la tête de la lutte contre COVID-19. On ne sait pas très bien qui est responsable et qui commande.

Mohammad Bagheri, le chef d'état-major des forces armées iraniennes, a annoncé son intention de maîtriser la situation dans un délai de 10 jours ; il y a eu des rumeurs de couvre-feu à Téhéran. Mais dimanche, Rouhani a cherché à les dissiper en informant les citoyens que des décisions telles que l'imposition de la quarantaine seraient prises par un groupe de gestion de crise au sein de son administration et non en dehors du gouvernement. Cependant, Rouhani n'a pour l'instant ni déclaré l'état d'urgence ni tenté de mettre la capitale en état d’urgence.

« Nous n'avons ni la capacité ni les moyens de mettre Téhéran en quarantaine », a été contraint d'admettre le maire de Téhéran, Pirouz Hanachi. « Nous ne pouvons pas nous occuper des personnes mises en quarantaine. C'est en partie à cause des sanctions. »

Jeudi dernier, le gouvernement iranien a demandé un prêt de 5 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) au Fonds monétaire international (FMI) pour lutter contre l'épidémie - c'est la première fois qu'il demande l'aide du FMI depuis plus de 50 ans. Pourtant, même s'il obtient le prêt, l'administration ne pourra pas acheter les fournitures médicales dont elle a tant besoin.