Pin It

travailleurs coronavirus iranCSDHI - Plus de la moitié des travailleurs des provinces iraniennes les plus durement touchées par l'épidémie du COVID-19 en Iran ont été licenciés ou sont au chômage, a déclaré aujourd'hui un responsable du travail iranien.

La plupart des travailleurs iraniens n’ont pas d’assurance chômage et ne touchent même pas de salaire minimum. Les militants syndicaux ont demandé au gouvernement de donner aux travailleurs des colis contenant de la nourriture et des articles sanitaires pour les aider pendant l'épidémie de COVID-19 en Iran.

Selon l'agence de presse officielle ILNA, 95 % des travailleurs en Iran n'ont pas de sécurité de l'emploi. Depuis l'épidémie du COVID-19, qui a entraîné une récession généralisée et la fermeture d'usines, les effets de cette instabilité de l'emploi ont fortement augmenté.

On ne sait pas exactement combien de travailleurs sont au chômage dans le comté, car le régime n'a pas annoncé de statistiques, mais selon Akbar Shokat, le chef du syndicat du bâtiment de Qom et membre du conseil d'administration de l'Association suprême des travailleurs du bâtiment d'Iran, « plus de 50 - 60 % des travailleurs du bâtiment » dans la province de Qom, l'épicentre de l'épidémie du COVID-19 en Iran, sont au chômage.

« Par conséquent, ces travailleurs n'ont pas reçu de salaire pour Norouz », a-t-il déclaré.

Les ouvriers du bâtiment dans d'autres provinces ont également été licenciés en raison de la récession dans le secteur de la construction, l'hiver dernier.

Les employés de l’hôtellerie-restauration et du secteur des loisirs, qui sont pour la plupart de la main d’œuvre conrtactuelle, sont également au chômage maintenant.

Shokat a déclaré que 50 % des travailleurs des services avaient également perdus leur emploi à Qom et dans les autres provinces les plus touchées par l'épidémie du COVID-19 en raison de la fermeture généralisée de restaurants et d'autres entreprises.

« Cela signifie qu'ils sont licenciés parce qu'ils n'ont pas de contrats stables », a déclaré le responsable du travail.

Shokat a déclaré que le gouvernement devait donner aux travailleurs et à leurs familles des articles sanitaires individuels, notamment des désinfectants, des masques et des gants.

Selon ILNA, le taux de chômage de 50 % pour les travailleurs du secteur des services est trop « optimiste ».

D’autres informations indiquent qu'environ 200 travailleurs de l'usine pétrochimique de Lordegan ont été licenciés dans le sud-ouest de l'Iran.

Elles montrent aussi qu'ils ont été licenciés parce que l'entreprise n'était pas prête à les payer alors que l'usine était fermée à cause de l'épidémie du COVID-19.

Bien qu'une grande partie de l'activité économique du pays ait décliné, le régime iranien continue de mettre l'accent sur le « business on usual » en termes de fabrication.

Refusant de faire face à la menace d'infections au COVID-19 parmi les travailleurs, le président iranien Hassan Rouhani a souligné que tout devait être fait pour maintenir la production normale. C’est alors que les travailleurs des centres de fabrication opérant pendant l’épidémie se plaignent du manque d’équipements sanitaires adéquats et du manque d’attention des chefs d’unité à la santé des travailleurs.

Le ministère iranien de la santé a déclaré que 1 556 personnes étaient mortes du COVID-19. Mais les rapports locaux indiquent que les chiffres sont beaucoup plus élevés.

Selon le Conseil national de la résistance, au moins 8 800 personnes sont mortes du virus dans 201 villes.

Source : Iran News Wire