Pin It

augmentation coronavirus prisonniers iranCSDHI - Les décès dus au coronavirus sont en augmentation dans les prisons iraniennes. Le nombre de détenus soupçonnés ou réellement infectés par le coronavirus a augmenté, le régime refusant de fournir aux détenus les moyens de se protéger.

Il y a eu au moins six décès de coronavirus dans le Grand Pénitencier de Téhéran (GTP) depuis le début de l'épidémie en Iran.

Selon certaines informations, les services du GTP manquent de fournitures sanitaires et hygiéniques. Le seul détergent disponible dans la prison est le liquide vaisselle.

Des sources décrivent l'état des quartiers comme étant « déplorable ». Les détenus sont restés dans des pièces surpeuplées. En raison du manque d'espace et de lits dans les cellules, de nombreux prisonniers sont obligés de dormir par terre et sur des cartons.

Les prisonniers sont dans de mauvaises conditions psychologiques.

Entre-temps, on a également appris que le coronavirus se propageait dans la prison d'Oroumieh.

Le mercredi 25 mars, un prisonnier est mort après avoir présenté des symptômes de COVID-19. Hassan Javadi, qui purgeait une peine de 15 ans, souffrait d'une maladie cardiaque et avait subi une opération cardiaque. La médecine légale n'a pas encore commenté la cause de sa mort.

Soupçonné d'infection au coronavirus, Abdolsalam Mardan Zargeh, un prisonnier politique en grève de la faim, a été transféré au centre médical le 21 mars, suite à la détérioration de son état de santé.

Selon des informations reçues de l'intérieur de la prison, Kia Mazaheri, le propriétaire du magasin de la prison centrale d'Oroumieh, a été transféré de prison parce qu'il avait contracté un coronavirus. Tous les prisonniers politiques étaient quotidiennement en contact avec lui et, par conséquent, ils risquent tous de contracter le coronavirus.

Il y a également eu deux décès dus au coronavirus dans la prison pour femmes de Qarchak à Varamin, au sud de la capitale.

Après que les deux prisonnières aient été testées positives au coronavirus, elles ont été emmenées dans un nouveau quartier avec huit autres prisonnières. Par la suite, elles ont été envoyées dans un hôpital à l'extérieur de la prison à la suite de la détérioration de leur état de santé. Mais les hôpitaux ont refusé de les admettre. Elles ont donc été renvoyées en prison et placées en isolement.

Leurs corps sans vie sont finalement sortis de prison pour être enterrés.

Malgré l'épidémie du coronavirus dans la prison Ghezelhesar de Karaj, il n'y a pas de fournitures hygiéniques telles que du savon et du détergent pour les prisonniers. Les prisonniers manquent également de masques et de gants. Les cellules ne sont pas désinfectées régulièrement. L'eau de la prison est coupée quatre heures par jour. Les salles de bain sont fermées et il n'y a pas d'eau chaude.

Les autorités pénitentiaires auraient déclaré aux détenus que le réservoir d'eau chaude était en panne et leur ont demandé de l'argent pour en acheter un nouveau. En réponse à la protestation des prisonniers, les gardiens ont déclaré : « Vous allez mourir et vous serez ensuite soulagé. »

Dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux depuis l'intérieur de la prison, un détenu a déclaré que deux-trois prisonniers sont morts des suites de COVID-19. Tout en se plaignant de ne pas recevoir d'aide adéquate de la part du gouvernement, le détenu supplie « quiconque voit la vidéo » de l'aider. 

Source : Iran HRM