Pin It

COVID 19 patients enterrement iranCSDHI - Le meilleur scénario iranien pour le coronavirus (COVID-19) prévoit un nombre de morts de 120 000, mais le pire des scénarios prévoit que 3,5 millions de personnes pourraient mourir, selon les résultats prévus par un groupe de recherche d’étudiants iraniens.

Pour atteindre le plus petit nombre de décès, le gouvernement devra veiller à ce que 80 % de la population reste à la maison, à l'exception des travailleurs clés, comme le personnel médical. Les projections montrent que cette voie ralentira le nombre d’infections à environ 120 000 d’ici le 1er avril. Cette quarantaine devrait avoir lieu à partir d’aujourd’hui car le nombre actuel de morts est de 11 500, selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Un scénario intermédiaire, avec seulement 50 % des personnes restant à la maison, signifie que 300 000 personnes seront infectées et 110 000 mourront.

Cependant, si les autorités continuent de refuser de mettre en place une quarantaine officielle, ce qui est faite uniquement pour faire croire qu'elles ont le contrôle et que l'Iran a peu de cas, 65% des personnes seront infectées et des millions mourront.

50 nouveaux cas et six décès toutes les heures

Le gouvernement veut minimiser l'ampleur de l'épidémie du coronavirus et en particulier le nombre de morts, mais les statistiques exactes sont dissimilées et même certains responsables ont admis des chiffres proches de la vérité.

Kianoush Jahanpour, directeur du centre de relations publiques et d'information du ministère de la santé et de l'éducation médicale d'Iran, a déclaré : « Toutes les heures, 50 personnes contractent un coronavirus et toutes les 10 minutes, une personne perd la vie à cause d'un coronavirus. »

Alors que les anciens directeurs généraux de l'Organisation de l'assurance maladie sous le président Hassan Rouhani ont plaidé pour des quarantaines officielles, en disant qu'à moins de restreindre rapidement la circulation urbaine et suburbaine, le coronavirus menacera non seulement la vie des gens mais aussi l'avenir du régime.

Un autre député a déclaré à M. Rouhani qu' « il était nécessaire d'obliger et de contraindre légalement tout le monde à rester à la maison pour des raisons de santé publique et pour faire face à la crise de manière stratégique. »

Malgré tout cela, Rouhani a refusé d'imposer une quarantaine, affirmant qu'il s'agit d'une conspiration des antirévolutionnaires pour fermer l'économie. Cependant, il a certainement insisté sur le fait qu'il devrait y avoir plus de forces de sécurité dans les rues, ce qui indique que les autorités ont plus peur d'un soulèvement que du coronavirus. C'est parce qu'il sait que dans une situation comme celle-ci, le peuple s'unira contre le gouvernement.

L'OMPI a écrit : « L'unité du peuple peut être la base de la fondation des conseils populaires. La réalité est que la mise en quarantaine des villes renforcera le sentiment de solidarité entre les peuples et le régime iranien en a très peur. Pour cette raison, il est très clair que le régime considère toujours sa situation sécuritaire et n'aime pas perdre le contrôle des villes avec la quarantaine des agglomérations. »

Source : Iran Focus (traduit de l’anglais)