Pin It

limogeage deux médecins covid 19 iranCSDHI - Le régime iranien a licencié deux responsables de la santé parce qu’ils ont fait des commentaires révélant les dissimulations que le régime a faites au sujet de l’épidémie du COVID-19 en Iran.

Les agences de presse officielles ont déclaré que le régime avait licencié le chef d'Université des sciences médicales d'Ardebil, dans le nord-ouest de l'Iran et le chef de l'Université des sciences médicales de Qom, l'épicentre de l'épidémie du COVID-19 du pays.

Akhevan Akbari, le responsable de la santé à Ardebil, a été licencié par le ministre de la Santé du régime.

Les informations indiquent que la raison de ce licenciement était son soutien au directeur d'un des hôpitaux d'Ardebil qui avait remis en question les chiffres officiels du nombre de décès dus à la COVID-19 annoncés par le régime.

Le directeur de l'hôpital Khomeini d'Ardebil avait déclaré en direct à la télévision que les statistiques officielles du COVID-19 ne représentaient qu' « une partie des chiffres réels. »

Il a déclaré à la télévision officielle iranienne que le ministère de la santé n'incluait dans ses chiffres officiels que ceux qui avaient été testés positifs, même si toutes les personnes infectées n'avaient pas été testées.

Les médias ont rapporté hier que le ministre de la santé Saied Namaki l'a remplacé par un professeur associé à la tête de l'université des sciences médicales d'Ardebil.

Selon d’autres informations, l'agence de presse officielle IRNA a déclaré aujourd'hui que le directeur de l'université des sciences médicales de Qom avait démissionné ou avait été licencié.

Le Dr Hassan Adeli a récemment déclaré lors d'une interview avec l'agence de presse officielle Fars que la raison pour laquelle les premiers cas de COVID-19 avaient été annoncés à Qom, c’était parce qu'ils allaient à l'encontre des « protocoles du ministère de la santé » et qu'ils avaient été testés pour le COVID-19.

Tout en essayant de défendre Qom, occupée en grande partie par des religieux, l'ancien responsable de la santé a laissé entendre que le régime n'avait pas autorisé les hôpitaux à tester le COVID-19 dans un premier temps, afin de dissimuler l'épidémie.

Des informations non officielles ont également affirmé que le Dr. Haasan Adeli a essayé d'empêcher les séminaires de Qom d'interférer avec les affaires médicales et hospitalières.

Le ministère iranien de la santé a déclaré aujourd'hui que seulement 4 474 personnes avaient été tuées par le COVID-19, ajoutant que 71 686 personnes avaient été infectées.

Mais un groupe d'opposition qui accuse le régime de couvrir l'étendue de l'épidémie a déclaré que le nombre réel de morts dépassait le chiffre de 26 200.

Le Conseil national de la résistance d'Iran a déclaré que les chiffres ont été recueillis par des sources crédibles en Iran.

Source : Iran News Wire